2.5 Recueil et organisation des données

2.5.1 Recueil des données

Il faut collecter plusieurs types de données :

Données actuelles sur le choléra
– Date d’apparition des premiers cas suspects ;
– Nombre de cas et de décès par jour (enfants < 5 ans et enfants ≥ 5 ans et adultes) jusqu’à la date de l’investigation.
Si possible, recueillir les chiffres en tenant compte de l’origine des cas (quartier, ville, district, région, p.ex.) afin de les cartographier.
Ces informations peuvent se trouver dans un registre général d’activités ou dans un registre spécifique des cas de choléra.
Si un registre spécifique des cas de choléra est en place, s’assurer qu’il est à jour et que toutes les données nécessaires sont enregistrées (Annexe 3).

Données sur les épidémies précédentes
Pour chaque épidémie précédente dans la région :
– Nombre total de cas et de décès ;
– Date de début et durée.
Ces données sont utiles pour évaluer l’ampleur potentielle, la sévérité et la durée probable de l’épidémie en cours. Elles peuvent indiquer quels quartiers ou villes/villages tendent à être touchés à chaque épidémie. Elles sont en général disponibles auprès des autorités sanitaires locales ou centrales.

Données démographiques
Données démographiques de la population affectée et à risque (population du quartier, village, ville) et de la zone administrative (district, région, p.ex.) dans son ensemble, au cas où l’épidémie s’étendait aux localités avoisinantes.

2.5.2 Organisation des données

(par personne, temps, lieu)

Personne (caractéristiques individuelles)
Le nombre de cas et de décès par âge (enfants < 5 ans et enfants ≥ 5 ans et adultes) pour chaque structure médicale sont les seules données essentielles à ce stade. Le taux de létalité peut être calculé à partir de ces chiffres.

Temps
Le nombre de cas et de décès est reporté chaque jour. Réaliser une courbe épidémique (graphique à barres) indiquant le nombre de cas et le taux de létalité par jour jusqu’au moment de l’investigation puis tout au long de l’épidémie (Section 2.7.1).
Si plus d’une structure médicale rapportent des cas au sein de la zone administrative investiguée (ville, district, région, etc.), un seul graphique combinant les données de tous ces établissements suffit pour commencer.

Lieu
Si l’origine des patients est connue, le nombre total de cas provenant de chaque lieu distinct est utilisé pour réaliser la carte de répartition des cas (Section 2.7.1).