2.7 Estimer les besoins pour la prise en charge des cas

2.7.1 Nombre de cas attendus

Estimer le nombre de cas attendus au cours de l’épidémie pour calculer les ressources nécessaires à la prise en charge des patients.

Le calcul demande l’application d’un taux d’attaque (TA) représentatif de la population totale à risque. Un TA approprié peut être déduit des précédentes épidémies dans la région.
Si les données des épidémies précédentes ne sont pas disponibles ou si elles sont incomplètes ou peu fiables, un TA typique pour un contexte donné peut être appliqué (Section 1.1.7).
Garder en mémoire qu’un TA dérivé de données historiques ou typique du contexte reste une approximation.
Une épidémie sévère est prévisible si elle survient plus tôt qu’à la saison typique ou si un plus grand nombre de personnes ou de localités sont affectées dans les premières semaines.

Pour calculer le nombre de cas attendus selon le contexte, se référer aux exemples de l’Encadré 2.1.

2.7.2 Nombre de lits nécessaires

Il est capital d’avoir un nombre de lits suffisant, notamment au pic de l’épidémie. L’estimation des besoins en lits dès le début de l’épidémie permet de planifier l’approvisionnement en traitement et de donner aux services logistiques une idée de la taille et du nombre de structures de traitement nécessaires.

Le calcul de la capacité d’accueil au pic de l’épidémie est basé sur le nombre total de cas attendus et les hypothèses suivantes tirées de l’expérience de terrain :

– 25 à 30% des patients ont une déshydratation sévère, 30 à 40% une déshydratation modérée, 30 à 40% n’ont pas de déshydratation.

– Tous les cas de déshydratation sévère et environ 50% des cas de déshydratation modérée auront besoin d’un lit pour au moins une nuit.

A partir des 2 premières assertions, environ 50% de tous les patients atteints de choléra auront besoin d’un lit.

– La durée moyenne combinée de séjour des patients hospitalisés pour une déshydratation sévère et modérée est de 2 jours. Elle peut être plus courte si l’accès aux soins est facile et plus longue si l’accès est difficile ou pour les cas complexes (p.ex. personnes âgées, femmes enceintes).

– Environ 15 à 20% des patients nécessiteront des soins pendant la semaine correspondant au pic de l’épidémie (moins en zone rurale, plus en zone urbanisée, densément peuplée).

Ces valeurs peuvent être ajustées en fonction du contexte, si l’on dispose de données fiables sur les épidémies précédentes.

Pour calculer le nombre de lits nécessaires selon le contexte, se référer aux exemples de l’Encadré 2.1.

Encadré 2.1 - Nombre de cas attendus et de lits nécessaires au pic de l’épidémie

Exemples de calcul en fonction du contexte

Camp de réfugiés
Population de 30 000 personnes. Taux d’attaque : 5%. Proportion de cas admis pendant une semaine au pic de l’épidémie : 20%. Durée moyenne de séjour : 2 jours. Proportion de cas nécessitant un lit : 50%.
30 000 x 0,05 = 1500 cas au total
1500 x 0,20 = 300 cas pendant une semaine au pic de l’épidémie
300 x 0,50 = 150 cas nécessitant un lit pendant une semaine ou 21 cas/jour (150/7)
21 x 2 jours = 42 lits au pic de l’épidémie
==> Un CTC de 50 lits

Zone urbaine
Population de 600 000 personnes. Taux d’attaque : 2%. Proportion de cas admis pendant une semaine au pic de l’épidémie : 15%. Durée moyenne de séjour : 2 jours. Proportion de cas nécessitant un lit : 50%.
600 000 x 0,02 = 12 000 cas au total
12 000 x 0,15% = 1800 cas pendant une semaine au pic de l’épidémie
1800 x 0,50 = 900 cas nécessitant un lit pendant une semaine ou 128 cas/jour (900/7)
128 x 2 jours = 257 lits au pic de l’épidémie
==> 250 lits répartis entre 2 CTC

Zone rurale
Population de 200 000 personnes. Taux d’attaque : 1%. Proportion de cas admis pendant une semaine au pic de l’épidémie : 15%. Durée moyenne de séjour : 2,5 jours. Proportion de cas nécessitant un lit : 50%.
200 000 x 0,01 = 2000 cas au total
2000 x 0,15% = 300 cas pendant une semaine au pic de l’épidémie
300 x 0,50 = 150 cas nécessitant un lit pendant une semaine ou 21 cas/jour (150/7)
21 x 2,5 jours = 52 lits au pic de l’épidémie
==> 50 à 60 lits répartis entre 3 à 5 UTC

2.7.3 Besoins en traitements

Médicaments pour le traitement des cas

L’évaluation initiale des besoins est basée sur le nombre de cas attendus, en tenant compte de l’existence éventuelle de stocks, dont la disponibilité a été vérifiée.

Les calculs présentés dans le tableau 2.1 sont basés sur les standards suivants : 10 litres de SRO par patient, 8 à 10 litres de RL par patient avec une déshydratation sévère, 1 tubulure pour 2 litres de RL, 1 cathéter pour 3 litres de RL, une antibiothérapie pour les cas modérés et sévères, du sulfate de zinc pour tous les enfants de moins de 5 ans.

Tableau 2.1 - Exemples de calcul des quantités de médicaments nécessaires

Camp de réfugiés

% estimé

Nombre de cas
(population 30 000)

Articles essentiels à la réhydratation

Taux d’attaque

5%

30 000 x 0,05 = 1500

Sans déshydratation

40%

1500 x 0,40 = 600

10 l SRO x 600 cas = 6000 sachets SRO

Déshydratation modérée

35%

1500 x 0,35 = 525

10 l SRO x 525 cas = 5250 sachets SRO

Déshydratation sévère

25%

1500 x 0,25 = 375

10 l SRO x 375 cas = 3750 sachets SRO
10 l RL x 375 cas = 3750 litres RL
+ 1900 tubulures + 1300 cathéters


Traitements complémentaires

Doxycycline

60%

1500 x 0,60 = 900

3 cp x 900 cas = 2700 cp

Sulfate de zinc

20%

1500 x 0,20 = 300

10 cp x 300 cas = 3000 cp

Zone urbaine

% estimé

Nombre de cas
(population 600 000)

Articles essentiels à la réhydratation

Taux d’attaque

2%

600 000 x 0,02 = 12 000

Sans déshydratation

40%

12 000 x 0,40 = 4800

10 l SRO x 4800 cas = 48 000 sachets SRO

Déshydratation modérée

35%

12 000 x 0,35 = 4200

10 l SRO x 4200 cas = 42 000 sachets SRO

Déshydratation sévère

25%

12 000 x 0,25 = 3000

10 l SRO x 3000 cas = 30 000 sachets SRO
10 l RL x 3000 cas = 30 000 litres RL
+ 15 000 tubulures + 10 000 cathéters


Traitements complémentaires

Doxycycline

60%

12 000 x 0,60 = 7200

3 cp x 7200 cas = 22 000 cp

Sulfate de zinc

20%

12 000 x 0,20 = 2400

10 cp x 2400 cas = 24 000 cp

Zone rurale

% estimé

Nombre de cas
(population 200 000)

Articles essentiels à la réhydratation

Taux d’attaque

1%

200 000 x 0,01 = 2000

Sans déshydratation

30%

2000 x 0,30 = 600

10 l SRO x 600 cas = 6000 sachets SRO

Déshydratation modérée

40%

2000 x 0,40 = 800

10 l SRO x 800 cas = 8000 sachets SRO

Déshydratation sévère

30%

2000 x 0,30 = 600

10 l SRO x 600 cas = 6000 sachets SRO
10 l RL x 600 cas = 6000 litres RL
+ 3000 tubulures + 2000 cathéters




Traitements complémentaires

Doxycycline

70%

2000 x 0,70 = 1400

3 cp x 1400 cas = 4200 cp

Sulfate de zinc

20%

2000 x 0,20 = 400

10 cp x 400 cas = 4000 cp

Réserve de sécurité

Une réserve de sécurité d’au moins 2 semaines doit être ajouté dès le départ (et conservée tout au long de l’épidémie). Cette période peut être prolongée (3 semaines, p.ex.) dans les zones difficiles à atteindre ou en cas de problèmes d’approvisionnement.

Par exemple, dans un camp de réfugiés, 1500 cas sont attendus dont 21 cas par jour au pic : ajouter le traitement de 300 patients (21 cas x 14 jours = 294 patients) ou 20% de patients (300 = 20% de 1500). Parmi ces 300 patients, 75% (225 patients) seront traités par voie orale uniquement et 25% (75 patients) seront traités par voie orale et IV.

Quantités totales estimées

Il est donc estimé que dans ce camp de réfugiés les quantités suivantes pourront être nécessaires au cours de l’épidémie actuelle (quantités arrondies) :


Pour les cas attendus

Réserve de sécurité

Total

Sachets SRO

15 000

3000

18 000 sachets ORS

Litres RL

3750

750

4500 litres RL

Perfuseurs

1900

375

2300 perfuseurs

Cathéters

1250

250

1500 cathéters