2.8 Rapport d’investigation


Le rapport comporte trois parties : description, analyse et recommandations.
Il doit être court (2 à 3 pages) mais suffisamment détaillé pour aider à prendre des décisions.
Il doit être daté et comporté le nom de l’auteur et sa fonction (des auteurs s’ils sont plusieurs), le nom du pays et de la région.

2.8.1 Description

Contexte

– Sites visités et dates
– Milieu : rural, urbain, fermé (camp de réfugiés ou de personnes déplacées)
– Problèmes actuels de santé publique dans la population (malnutrition, maladies épidémiques concomitantes non-diarrhéiques, etc.)
– Structures de santé existantes
– Conditions d’accès et de transport
– Problèmes de sécurité, mouvements de population
Joindre la carte réalisée au cours de l’investigation.

Histoire du choléra dans la région et données nationales et locales des années précédentes

– Pas d’antécédents de choléra dans la région
– Epidémies irrégulières (espacées de quelques années)
– Epidémies saisonnières (à la saison des pluies, à la saison sèche ?) et saison actuelle
Indiquer la liste des localités habituellement touchées et les taux d’attaque (sur les données de plusieurs épidémies si possible).

Situation épidémiologique actuelle

– Définition de cas utilisée pour identifier les cas suspects
– Date à laquelle le premier cas suspect a été identifié
– Nombre total de cas et de décès jusqu’à présent
– Taux d’attaque actuel et taux de létalité (avec courbe épidémiologique)

Figure 1 - Exemple - Nombre de cas et de décès par jour, Port au Prince, Haïti, novembre 2010.


Source : Ministère de la Santé publique et de la population - Haïti/MSF

– Répartition géographique des cas : si l’origine géographique des patients est connue, le nombre de cas provenant de sites distincts (quartier, village, district) peut être inscrit sur la carte décrivant le contexte. Si les cas sont concentrés dans une zone spécifique, proposer des explications1 .

Confirmation du diagnostic et de l’épidémie

Indiquer :
– Si les symptômes correspondent à la définition clinique standard d’un cas de choléra
– Le nombre d’échantillons de selles prélevés pour la culture et le nom du laboratoire dans lequel ils ont été envoyés. Si le résultat de la culture est connu : souche et résultat de l’antibiogramme.

Capacité de réponse de la structure sanitaire

− Indiquer si :
• Le nombre actuel de lits (ou le nombre potentiel de lits) est suffisant pour le nombre de cas attendus.
• Le nombre actuel de personnel médical et non-médical est suffisant et si le personnel a déjà une expérience du choléra.
• La qualité des soins est acceptable et si les protocoles standardisés sont utilisés.
• Les pratiques d’hygiène (isolement des malades, lavage des mains) sont acceptables.
• Les stocks de RL et de SRO sont suffisants pour couvrir les besoins immédiats, si la chaîne d’approvisionnement est capable d’assurer le renouvellement des stocks.
• L’eau est potable (joindre les résultats des tests de qualité), la quantité disponible est suffisante (environ 60 litres/patient/jour) et le(s) point(s) d’eau est sur place.
• Le nombre de latrines fonctionnelles est suffisant (au moins une pour 20 patients).

– Décrire pour chaque site visité les problèmes et contraintes rencontrés.

Capacité de réponse en dehors de la structure de santé

– Indiquer :
• S’il existe d’autres structures capables de gérer des cas de choléra et leur nombre.
• Les autres sites utilisables si les installations actuelles sont insuffisantes ou inadaptées.
• Si les autorités locales ont officiellement déclaré l’épidémie de choléra.

– Décrire les principales sources d’eau, leur accessibilité, les quantités disponibles et la qualité de l’eau. Joindre les résultats des tests de qualité effectués pendant l’investigation.

2.8.2 Analyse

– Indiquer si une épidémie de choléra est peu probable, probable (en se basant sur le nombre de cas correspondant à la définition de cas) ou confirmée (en se basant sur le résultat de la culture).
– Déterminer le niveau de risque d’épidémie sévère, à partir des facteurs de risque décrits dans la Section 2.6.2.
– Indiquer le nombre de cas attendus.
– Estimer les quantités de médicaments et matériel médical et logistique nécessaires (tentes, lits, matériel pour eau et l’assainissement, etc.).
– Déterminer la capacité de réponse du système de santé et des autres acteurs présents et identifier les lacunes.
– Evaluer la place d’une éventuelle vaccination réactive (Section 4.7).

2.8.3 Recommandations

Proposer une échelle de priorités pour l’action en termes d’interventions curatives et préventives, en se fondant sur l’analyse. Se référer au Chapitre 3 et au Chapitre 4.

Remarque : même si il n’y a pas d’épidémie de choléra, renforcer la surveillance des maladies diarrhéiques et établir un plan de préparation au choléra s’il n’en existe pas.



Footnotes
Ref Notes
1

La cartographie des cas peut donner une indication de la source probable du vibrion. Une apparition ou augmentation soudaine de cas en un point unique indique que les personnes ont été contaminées au même endroit et pratiquement même moment, par exemple, en utilisant le même point d’eau.