4.4 Dispositif de prise en charge en zone urbaine


Les épidémies en milieu urbain et en camps de réfugiés présentent des caractéristiques communes mais des différences importantes modifient l’organisation du dispositif de prise en charge.

Les zones urbaines (y compris les bidonvilles) sont des milieux ouverts où le risque de transmission du choléra peut être variable d’un quartier à l’autre. Certains quartiers constituent des « hotspots »1  (« points chauds ») pour la transmission alors que d’autres n’ont pas ou peu de cas de choléra.
Les quartiers à haut risque sont souvent touchés de manière successive car les personnes circulent librement entre les zones affectées et non affectées. Ainsi l’épidémie se déplace, contraignant à déplacer aussi la réponse.
Si les distances peuvent être relativement courtes en milieu urbain, la congestion du trafic routier ou le mauvais état de la voierie peuvent avoir un impact significatif sur le temps de transport des patients.
L’espace nécessaire pour établir des structures de traitement du choléra (avec surface suffisante, distance suffisante des habitations) est souvent limité en milieu urbain.
Enfin, l’acceptation par la population d’une structure de traitement du choléra dans la zone où elle habite peut être problématique et exiger des négociations.

Dans les zones urbanisées, il faut un ou plusieurs CTC situés au plus près du ou des quartier(s) touché(s). Plusieurs PRO sont nécessaires pour compléter le ou les CTC, avec au minimum un PRO dans chaque quartier touché.
Lorsque l’espace disponible est limité ou que l’épidémie touche un autre quartier, il peut être nécessaire de remplacer le CTC par plusieurs UTC.
Il est recommandé d’identifier à l’avance les sites où un CTC ou une UTC supplémentaire pourrait être établi(e) si l’épidémie se déplace ou s’étend.
Un système de référence doit être mis en place pour transporter les cas graves depuis les PRO ou les structures de santé habituelles vers le CTC/UTC le plus proche, avec délivrance de soins pendant le transport si la circulation ne permet pas un transfert rapide.



Footnotes
Ref Notes
1

Un « hotspot » est une zone géographique limitée (p.ex. ville, département ou aire couverte par une structure de santé) où les conditions environnementales, culturelles et/ou socioéconomiques facilitent la transmission de la maladie et où le choléra persiste ou réapparait régulièrement. Les hotspots jouent un rôle central dans la diffusion de la maladie à d’autres zones géographiques (définition OMS).