5.4 Déshydratation modérée


Les patients qui présentent une déshydratation modérée sont moins en danger que les patients qui souffrent de déshydratation sévère, toutefois, leur état peut rapidement se dégrader. Ils doivent donc être admis dans une structure de traitement pour surveiller leur traitement et leur évolution clinique.

5.4.1 Protocole de traitement (Plan B)

Réhydratation orale

Le volume de solution de réhydratation orale (SRO) à administrer est de 75 ml/kg en 4 heures.

Exemples :
– Un adulte (≥ 50 kg) reçoit 4 litres de SRO en 4 heures, soit 1 litre par heure.
– Un enfant de 3 ans (± 14 kg) reçoit 1 litre (75 ml x 14 kg) de SRO en 4 heures, soit 250 ml par heure.

Pour les volumes à administrer, se référer à l’Annexe 5.

Compensation des pertes en cours

Pendant la phase de réhydratation, les nouvelles pertes (selles) doivent être en plus compensées. A titre indicatif :

Donner après chaque selle :
• 50 à 100 ml de SRO chez l’enfant de moins de 2 ans
• 100 à 200 ml de SRO chez l’enfant de 2 à 10 ans
• 200 à 250 ml de SRO chez l’enfant de plus de 10 ans et l’adulte

Le nombre de tasses de SRO bues doit correspondre au nombre de selles émises.

Traitements complémentaires

Antibiothérapie et sulfate de zinc (Section 5.3.1 et Annexe 7).

5.4.2 Suivi du patient

La SRO doit être donnée en quantité suffisante, comme n’importe quel autre médicament prescrit lors d’une hospitalisation. Réhydrater un patient par voie orale ne se limite pas à prescrire de la SRO et revenir évaluer le résultat 4 heures plus tard.

Pendant la phase de réhydratation

– Toutes les heures :
• Vérifier que les signes de déshydratation régressent.
• Noter les quantités de SRO prises et vérifier que la consommation horaire est suffisante pour terminer la réhydratation dans les délais.
• Noter le nombre de selles et de vomissements.

– Exercer une surveillance plus étroite des patients qui ne sont pas autonomes pour boire la SRO (p.ex. les jeunes enfants) ou qui présentent une diarrhée très abondante ou des vomissements fréquents ou des difficultés à boire (p.ex. les personnes âgées qui ne ressentent pas la soif).

– A l’inverse, la surveillance n’a pas besoin d’être aussi étroite chez les patients autonomes, qui ont soif et ne vomissent pas ou peu.

– A tout moment :
• S’il est évident que le traitement par voie orale sera un échec (patient incapable de retenir la SRO), passer à la voie IV. Le volume de RL à administrer est celui qui aurait été donné par voie orale, soit 75 ml/kg en 4 heures.
• Si des signes de déshydratation sévère apparaissent, passer immédiatement au traitement d’une déshydratation sévère, en commençant par le bolus initial (Section 5.3.1).

A la fin de la phase de réhydratation

Réévaluer l’état d’hydratation du patient et s’il ne présente plus de signes de déshydratation, passer à la phase d’entretien.

Des signes de déshydratation peuvent toutefois persister en fin de réhydratation si le patient était plus déshydraté qu’estimé lors de l’examen initial ou si les pertes en cours (selles et vomissements) n’ont pas été compensées pendant la réhydratation.
– Si le patient présente toujours des signes de déshydratation modérée, renouveler le traitement oral de 4 heures.
– Si le patient présente des signes de déshydratation sévère : traiter une déshydratation sévère, en commençant par le bolus (Section 5.3.1). Pour ces patients, poursuivre la surveillance horaire jusqu’à ce que les signes de déshydratation aient disparus et que le passage à la phase d’entretien soit possible.

5.4.3 Aspects pratiques

Administration de la SRO

La réhydratation orale comporte des difficultés car il est nécessaire de boire un volume important de SRO. L’adhérence est médiocre en l’absence de stimulation de la part du personnel. Ne pas laisser les patients ou accompagnants à l’abandon pendant le traitement.
Veiller à ce que les tasses de SRO soient systématiquement remplies. Ne pas se contenter de noter le nombre de tasses données sans savoir si le patient les a bues. La consommation effective de la SRO doit être observée par le personnel médical.

Chez les enfants de moins de 2 ans, utiliser une cuillère à café ou une seringue de 10 ou 20 ml pour administrer la SRO.

Les vomissements, s’ils ne sont pas systématiques, ne sont pas une contre-indication à réhydratation orale mais ils la compliquent. Montrer comment administrer la SRO à un enfant pour éviter les vomissements :
– Enfant de moins de 2 ans : donner 1 cuillère à café toutes les minutes.
– Enfant de plus de 2 ans : faire boire à la tasse, quelques petites gorgées toutes les minutes.
Si l’enfant vomit, attendre 10 minutes et reprendre la SRO plus lentement, c.-à-d. 1 à 2 cuillères ou quelques petites gorgées toutes les 5 minutes.

Ne pas limiter les patients qui veulent boire plus que la quantité prescrite.

Compensation des pertes en cours

Exemple : un enfant de 3 ans (± 14 kg) doit recevoir 1 litre de SRO en 4 heures (250 ml/heure) pour sa réhydratation selon le Plan B + au moins 100 ml de SRO pour chaque selle liquide.

HorairesEntréesSorties
1re heureAu moins 250 ml de SRO3 selles liquides
2e heure

Au moins 250 ml de SRO
+ 300 ml (3 x 100 ml) pour les pertes dues aux selles
Au total le patient doit boire 550 ml pendant la 2e heure.

2 selles liquides
3e heure

Au moins 250 ml de SRO
+ 200 ml (2 x 100 ml) pour les pertes dues aux selles
Au total le patient doit boire 450 ml pendant la 3e heure.

2 selles liquides
4e heure

Au moins 250 ml de SRO
+ 200 ml (2 x 100 ml) pour les pertes dues aux selles
Au total le patient doit boire 450 ml pendant la 4e heure.

2 selles liquides
Après 4 heures, le patient n’a plus de signes de déshydratation, il passe au Plan A
5e heureAu moins 200 ml pour compenser les pertes dues aux selles2 selles liquides
Etc.……..……..