7.4 Approvisionnement en eau potable

7.4.1 Quantité

CTC et UTC

Une grande quantité d’eau est nécessaire pour :
– La préparation de la SRO et la consommation humaine (boissons, cuisine).
– Le lavage des mains et l’hygiène corporelle des patients et accompagnants.
– Le nettoyage et la désinfection des objets, sols, surfaces et du linge.

Il faut environ 60 litres d’eau par jour et par patient1 pour couvrir les besoins des patients, des accompagnants, du personnel et pour assurer l’entretien de la structure. Ce volume est donné à titre indicatif. Réévaluer les besoins réels en fonction du contexte (climat, culture, p.ex.) et du nombre de patients (plus le nombre de patients est faible par rapport à la capacité totale de la structure, plus la quantité d’eau nécessaire par jour et par patient est importante).

Il est recommandé d’avoir une réserve de sécurité sur le site pour au moins 3 jours de fonctionnement.
Par exemple, pour un CTC avec 50 patients présents :
60 (litres) x 50 (patients) = 3000 litres d’eau/jour x 3 (jours) = 9000 litres d’eau
Le CTC doit avoir chaque jour au moins 9000 litres d’eau disponible.

PRO

L’eau est nécessaire pour la préparation de la SRO et la consommation humaine (boissons), le lavage des mains, le nettoyage et la désinfection des objets, sols, surfaces.

Il faut environ 10 litres d’eau par patient2. Ce volume est donné à titre indicatif, comme pour les autres structures, il faut réévaluer les besoins en fonction du contexte.

Il est également recommandé d’avoir une réserve de sécurité de 3 jours.
Par exemple, pour un PRO avec 20 patients présents :
10 (litres) x 20 (patients) = 200 litres d’eau/jour x 3 (jours) = 600 litres d’eau
Le PRO doit avoir chaque jour au moins 600 litres d’eau disponible.

7.4.2 Qualité

L’eau est impérativement chlorée dans toutes les structures de traitement (y compris UTC et PRO).
La turbidité doit être inférieure à 5 NTU. A tous les points de distribution, le CRL doit être de 0,5 mg/litre pour un temps de contact de 30 minutes si le pH est < 8 (et 1 mg/litre pour un temps de contact de 60 minutes si le pH est > 8).

7.4.3 Distribution

CTC et UTC

L’eau est distribuée par gravité depuis un château d’eau ou réservoir surélevé via un réseau de distribution équipé de rampes de distribution ou bornes fontaines placées dans tous les secteurs.

Si l’électricité est disponible en permanence, une pompe de surface équipée d’un système automatique permet de maintenir le réseau de distribution sous pression et de distribuer l’eau sans utiliser de système gravitaire (c.-à-d. sans avoir à construire un château d’eau ou une plateforme surélevée).

ll est également possible d’organiser un système de distribution entièrement manuel. L’eau est transportée dans des seaux par des porteurs qui remplissent des bacs de 120 litres munis de robinet. Ces bacs servent de points de distribution. Ce système est simple et rapide à mettre en place mais demande beaucoup de personnel et de supervision et doit être remplacé le plus rapidement possible.

PRO

Le système de distribution d’eau est le plus souvent manuel.

7.4.4 Entretien et suivi

Réseau de distribution

Le réseau de distribution doit être inspecté au moins 2 fois par mois pour vérifier l’absence de fuites et le fonctionnement des vannes et des robinets.

Réservoirs (y compris réserve de sécurité)

Les réservoirs doivent être inspectés au moins 2 fois par mois pour vérifier l’absence de fuites, l’absence de dépôts (calcium, sable, etc.), le fonctionnement des vannes et des robinets, l’état des protections (filet d’ombrage, toit) et des supports (plateforme, château d’eau).

Pour la réserve de sécurité, il est préférable de faire une rotation des différents réservoirs pour que l’eau en réserve soit toujours utilisée et renouvelée rapidement. Avant chaque utilisation, contrôler le chlore résiduel libre (CRL), qui a tendance à disparaître dans les 24 heures. Si nécessaire, refaire une chloration.

La consommation d’eau potable, les contrôles de la qualité de l’eau, les actions et consommations liées à la production d’eau potable et doivent être consignés dans un registre des activités Eau et assainissement (Annexe 3).