7.7 Assainissement

7.7.1 Elimination des selles et vomissements

Les selles et vomissements sont recueillis dans des seaux car les patients ne peuvent se rendre aux latrines en raison de l’importance de la diarrhée et des vomissements parfois incoercibles. Ce principe vaut pour toutes les structures (CTC, UTC et PRO).

Il est d’usage de mettre dans les seaux environ 1 cm de solution chlorée à 2% (125 ml dans un seau de 10 à 15 litres). Cette mesure de précaution reste recommandée pour réduire le risque de contamination lors de la manipulation des seaux malgré l’absence de données sur le volume de chlore requis, le temps de contact et la concentration de chlore nécessaires pour une désinfection efficace. Ne pas mettre plus d’1 cm de solution chlorée dans le fond du seau, en particulier les seaux réservés au vomi (risque de projection de chlore au visage).

Les seaux doivent être surveillés et remplacés lorsqu’ils sont au maximum remplis au tiers. Ils doivent impérativement être remplacés entre chaque patient.
Les selles et vomissements sont déversés dans les vidoirs (Annexe 14) ou les latrines. Les seaux vides sont ensuite rincés à l’eau claire puis désinfectés avec une solution chlorée à 0,2%.
Avant de le rendre au patient, remettre 1 cm de solution chlorée à 2% dans le fond du seau.

Dans la mesure du possible, utiliser des seaux de couleur différente pour les selles et les vomissements ou marquer sur les seaux à quoi ils sont destinés. Ne pas utiliser ces seaux pour des activités propres (préparation de la SRO, transport de l’eau potable, p.ex.).

7.7.2 Elimination des déchets

Les déchets doivent être évacués chaque jour ou plus souvent si nécessaire et détruits sur le site dans une zone spécialement aménagée et protégée.

Objets piquants-tranchants-coupants (OPTC)
Le collecteur pour OPTC est éliminé lorsqu’il est plein au trois quart. Les collecteurs ne sont ni vidés, ni réutilisés.

Déchets mous
Chaque unité doit avoir une poubelle couverte de 20 à 60 litres réservée aux déchets mous : sachets de SRO vides, poches de perfusion, tubulures et compresses usagées, etc.
Dans la mesure du possible, les poubelles à déchets mous doivent toutes être de la même couleur. Une poubelle doit être vidée lorsqu’elle est pleine au trois quart. Les déchets mous sont brûlés. Les poubelles sont lavées avec un détergent, rincées puis désinfectées avec une solution chlorée à 0,2%.

Déchets organiques
Dans l’éventualité d’un accouchement pendant l’hospitalisation, utiliser un seau en plastique pour le transport du placenta jusqu’à la fosse à déchets organiques. Le seau est lavé avec un détergent, rincé puis désinfecté avec une solution à 0,2%.
Les déchets alimentaires sont également jetés dans cette fosse. Ne pas y jeter de sacs en plastique.

Nattes
Si l’on utilise des nattes pour installer les patients, les brûler au départ du patient. Ne pas les réutiliser.

Le personnel chargé du transport et de l’élimination des déchets doit porter un équipement de protection individuelle adapté (Section 7.5.3).

Pour plus d’informations, se référer au guide Technicien sanitaire en situations précaires, MSF.

7.7.3 Elimination des eaux usées

Toutes les eaux usées (douches, lavabos, buanderie, points de lavage des mains, points de préparation des SRO, cuisine) doivent être collectées dans un bac dégraisseur puis infiltrées via un puits perdu.

S’il n’est pas possible de faire un puits perdu (p.ex. manque d’espace, nature du sol), les eaux usées du CTC ont besoin d’un traitement spécifique avant d’être rejetées dans l’environnement. Les solutions techniques sont à discuter au cas par cas avec des spécialistes en eau et assainissement.

Pour plus d’informations, se référer au guide Technicien sanitaire en situations précaires, MSF.

7.7.4 Contrôle des vecteurs

Les mouches ou les moustiques (attirés par les déchets, les eaux usées ou stagnantes, la nourriture, le sucre de la SRO) peuvent être abondants et devenir une nuisance.
Les mesures de gestion des déchets et eaux usées peuvent suffire à contrôler ces vecteurs mais il est parfois nécessaire d’avoir recours aux insecticides.

Pour plus d’informations, se référer au guide Technicien sanitaire en situations précaires, MSF.