10.4 Soins spécifiques en cas d’infection transmissible chez la mère

10.4.1 Syphilis

Rechercher des signes de syphilis chez l’enfant si la mère présente un test syphilis positif :
– Rash cutanéo-muqueux, plaques grises, papules, bulles suivies de desquamation cutanée des paumes et plantes ;
– Sepsis, ictère, anémie, adénopathies, distension abdominale avec hépato-splénomégalie.

En l’absence de signes de syphilis chez l’enfant et si la mère a reçu un traitement adéquat pendant la grossesse (au moins une dose de pénicilline1  administrée au moins un mois avant l’accouchement), administrer à l’enfant : benzathine benzylpénicilline IM, 50 000 UI/kg dose unique.

En présence de signes de syphilis chez l’enfant ou si la mère n’a pas reçu de traitement adéquat (voir ci-dessus) :
– Administrer à l’enfant :
benzylpénicilline IV pendant 10 jours : 100 000 UI/kg/jour à diviser en 2 injections espacées de 12 heures de Jour 0 à Jour 7 puis 150 000UI/kg/jour à diviser en 3 injections espacées de 8 heures de Jour 8 à Jour 10.
– En plus des précautions « standard », observer les précautions « contact »2  au cours des soins, pendant 24 heures après le début du traitement.

10.4.2 Infection génitale à gonocoque et/ou chlamydia

Les enfants de mères présentant un écoulement cervical purulent au moment de l’accouchement peuvent être asymptomatiques ou présenter une conjonctivite purulente, habituellement dans les 7 premiers jours pour le gonocoque et après 7 jours pour le chlamydia. Une pneumonie à chlamydia est possible.

Administrer de la ceftriaxone IM : 50 mg/kg dose unique (maximum 125 mg) à :
– Tous les enfants qui présentent une conjonctivite purulente, que la mère soit symptomatique ou non ;
– Tous les enfants de mères symptomatiques au moment de l’accouchement, même s’ils sont asymptomatiques.

En cas de conjonctivite symptomatique (écoulement purulent) : nettoyer les yeux avec du chlorure de sodium à 0,9% dans chaque oeil au moins 4 fois par jour.

Si la conjonctivite persiste 48 heures après l’injection de ceftriaxone, administrer :
érythromycine PO : 25 à 50 mg/kg/jour à diviser en 4 prises pendant 14 jours
ou azithromycine PO : 20 mg/kg/jour en une prise pendant 3 jours
Si les symptômes apparaissent après 7 jours de vie, administrer ceftriaxone IM + érythromycine ou azithromycine PO, comme ci-dessus.

10.4.3 Herpès génital4

Un herpès néonatal est possible chez les enfants nés de mères présentant des lésions génitales herpétiques au moment de l’accouchement.

L’enfant est le plus souvent asymptomatique à la naissance. Les symptômes apparaissent entre le premier jour de vie et les 4 semaines suivantes (le plus souvent entre 3 et 10 jours de vie).

L’herpès néonatal peut se manifester par :
– Une atteinte locale externe : peau, bouche (vésicules) et/ou yeux (conjonctivite) ;

– Une atteinte cérébrale : encéphalite (avec convulsions dans 60% des cas), associée dans 60% des cas à une atteinte locale externe ;
– Une maladie disséminée : principalement cerveau, poumons et foie. Le nouveau-né peut présenter des signes évocateurs d’une septicémie (fièvre, léthargie, détresse respiratoire, convulsion). Une atteinte locale externe est associée dans 60% des cas.

La prise en charge dépend du risque que présente le nouveau-né à la naissance :

Risque élevé d'infection herpétique

– Nouveau-né symptomatique, ou
– Herpès génital actif primaire ou inconnu chez la mère au moment de l’accouchement, ou
– Herpès génital actif récurrent chez la mère au moment de l’accouchement avec au moins un des facteurs de risque suivant : rupture des membranes ≥ 6 heures avant l’accouchement (voie basse ou césarienne) ou poids de naissance < 2000 g ou prématuré ≤ 37 semaines ou lacération cutanée ou infection maternelle par le HIV.

Dans cette situation, administrer de l’aciclovir 3% pommade ophtalmique : une application unique dans chaque oeil à la naissance (dans ce cas attendre 12 heures pour appliquer la tétracycline ophtalmique, Section 10.1.7) et référer en unité de soins néonatals pour un traitement par aciclovir IV, avec isolement de la mère et de l’enfant.

Faible risque d'infection herpétique

Herpès génital actif récurrent sans aucun facteur de risque listé ci-dessus.

Dans cette situation, observer 5 jours, avec isolement de la mère et de l’enfant :
Appliquer de l’aciclovir 3% pommade ophtalmique comme ci-dessus.
Si l’enfant devient symptomatique, référer en unité de soins néonatals pour traitement par aciclovir IV.
Sortie à 5 jours de vie si l'enfant n'a pas développé de symptômes ; demander aux parents de consulter en urgence si des symptômes apparaissaient.

10.4.4 Infection par le virus de l'hépatite B

L’enfant est asymptomatique.
Vacciner l’enfant contre l’hépatite B à la naissance, quel que soit le statut sérologique de la mère (Section 10.1.8).

10.4.5 Infection par le HIV

L’enfant est asymptomatique.
Administrer immédiatement après la naissance un traitement prophylactique antirétroviral : se référer aux guides spécifiques de PTME.
Pour l’allaitement : se référer à l’Annexe 3, Section 3.7.

10.4.6 Tuberculose pulmonaire évolutive

La tuberculose congénitale est rare et l’enfant est en général asymptomatique à la naissance.

Après la naissance, la mère peut transmettre la tuberculose à l’enfant tant qu’elle est contagieuse, c.-à-d. positive à l’examen microscopique des crachats ou positive à la culture.
Dans ce cas :
– Ne pas réaliser la vaccination par le BCG.
– Administrer à l’enfant un traitement préventif par l’isoniazide PO : 10 mg/kg/jour en une prise pendant 6 mois.
– Réaliser le BCG une fois le traitement par isoniazide terminé.
– Ne pas séparer la mère de l’enfant (allaitement, etc.) mais observer les règles de prévention de la transmission. Pour plus d’informations, se référer au guide Tuberculose, MSF.



Footnotes
Ref Notes
1

Un traitement par l’érythromycine n’est pas adéquat.

2

Les précautions « contact » comprennent : isolement de l’enfant, port des gants et surblouse lors des soins.