11.2 Soins à la mère en post-partum


Plus de 60% des décès maternels surviennent pendant la période qui suit l’accouchement et 45% de ces décès surviennent dans les premières 24 heures. Les patientes devraient donc rester dans la structure de santé au moins 24 heures1 après l’accouchement.

11.2.1 Au cours du séjour en maternité

Après le post-partum immédiat (Chapitre 5, Section 5.2.2), réaliser un suivi clinique le premier jour (et journalier si la patiente reste plus de 24 heures) :
– Constantes (pouls, pression artérielle, température, fréquence respiratoire) 2 fois/jour.
– Involution utérine.
– Saignement vaginal.
– Cicatrice de déchirure périnéale/épisiotomie.
– Miction et transit.
– Signes d’anémie (si présents, mesurer l’hémoglobine).

Noter toutes les informations dans le dossier de la patiente.
En cas de césarienne, se référer au Chapitre 6, Section 6.4.

Informer et conseiller la mère :

– Hygiène personnelle (toilette périnéale quotidienne à l’eau et au savon, changement toutes les 4 à 6 heures des serviettes hygiéniques, etc.).

– Mobilisation et ambulation pour prévenir une thrombose.

– Soins de l’enfant (Chapitre 10, Section 10.6).

– Allaitement (Annexe 3).

– Signes maternels de danger devant amener à consulter immédiatement :
• saignement vaginal important (p.ex. nécessité de changer de protection périodique toutes les 20 à 30 minutes pendant 1 à 2 heures et/ou expulsion répétée de caillots),
• céphalées associées à des troubles visuels ou des nausées/vomissements ; convulsions,
• difficultés à respirer ou respiration rapide,
• fièvre,
• douleur abdominale importante,
• pertes vaginales fétides.

– Contraception (Section 11.5).


Situations particulières : mort foetale in utero ou décès néonatal ou abandon d’enfant

En l’absence de contre-indication (valvulopathie, hypertension, pré-éclampsie, antécédent de psychose du post-partum), la cabergoline permet la suppression de la lactation :
cabergoline PO : 1 mg dose unique le premier jour du post-partum pour inhiber la montée laiteuse ou 0,25 mg toutes les 12 heures pendant 2 jours après la montée laiteuse.

Remarque : l’utilisation de la cabergoline doit être limitée aux situations particulières mentionnées ci-dessus.

Si la cabergoline n’est pas disponible ou contre-indiquée :
– Ne pas utiliser d’autres agonistes dopaminergiques tels que la bromocriptine.
– Ne pas comprimer les seins par un bandage (inconfortable et inefficace).
– Le port d’un soutien-gorge en permanence (jour et nuit) et la prise de paracétamol peut limiter l’inconfort de la montée laiteuse. En l’absence de stimulation, la lactation s’interrompt en une à deux semaines.

De plus, un soutien psychologique doit être offert à toutes les femmes à la maternité et pendant la période post-partum. Se référer au Chapitre 4, Section 4.11.2.

11.2.2 A la sortie

– Donner le rendez-vous de visite post-natale (Section 11.3).

– Vérifier que les informations et conseils ont été donnés.

– En l'absence d'anémie clinique, supplémenter en fer et acide folique pendant 3 mois1 (Chapitre 1, Section 1.2.5). En cas d’anémie, se référer au Chapitre 4, Section 4.1.