Annexe 2. Tamponnement intra-utérin par ballon de Bakri

2.1 Indication

Hémorragie par atonie utérine non contrôlée par les utérotoniques.

La pose d’un ballon de Bakri vise à réduire un saignement intra-utérin et éviter éventuellement une hystérectomie d’hémostase.
Dans une structure SONUB, la pose du ballon de Bakri permet de stabiliser la patiente avant de la référer vers une structure SONUC.

2.2 Contre-indications

– Rupture utérine
– Infection purulente du vagin, du col ou de l’utérus

2.3 Insertion du ballon

– Évaluer le besoin d’analgésie/d’anesthésie.
– Badigeonner le périnée à la polyvidone iodée à 10%.
– Vider l’utérus des caillots (révision utérine).
– Poser une sonde de Foley.
– Mesurer la hauteur utérine et la noter (pour le suivi).
– Poser un spéculum. Insérer manuellement ou à l’aide d’une pince atraumatique le ballon (non gonflé) dans l’utérus, en s’assurant qu’il a totalement passé l’orifice interne du col.
– Gonfler le ballon avec du chlorure de sodium à 0,9% stérile (à température ambiante), jusqu’à ce qu’il soit visible dans le col de l’utérus (en général 250 à 300 ml, jusqu’à 500 ml maximum ; noter le volume utilisé).
– Appliquer une traction douce sur le cathéter et le fixer à la cuisse avec du sparadrap.
– Connecter l’embout d’écoulement à un sac de collecte (sac à urine) afin de surveiller le saignement.

2.4 Traitement associé

– Perfusion continue d’ocytocine : 20 à 40 UI selon la dose déjà administrée (maximum 60 UI au total) dans 1 litre de Ringer lactate ou chlorure de sodium à 0,9% à administrer en 8 heures (42 gouttes/minute).

– Antibiothérapie IV : ampicilline 1 g + métronidazole 500 mg ou amoxicilline/acide clavulanique 1 g, toutes les 8 heures jusqu’à l’ablation du ballon.

– Débuter ou poursuivre une transfusion sanguine afin de corriger l’anémie.

2.5 Suivi

Surveillance horaire : signes vitaux, diurèse, hauteur utérine, saignement vaginal, volume de sang recueilli dans le sac de collecte, saturation en oxygène (si disponible).

Si n’y a pas d’écoulement de sang dans le sac de collecte mais que la hauteur utérine augmente, le cathéter peut être obstrué par des caillots : vérifier sa perméabilité en instillant 15 à 30 ml de chlorure de sodium à 0,9% stérile.

S’il n’y a pas d’écoulement de sang dans le sac de collecte, pas d’écoulement vaginal, pas d’augmentation de la hauteur utérine et si la patiente est stable, l’hémorragie est contrôlée : laisser le ballon en place pendant 24 heures.
Après 24 heures, vider la moitié du volume injecté dans le ballon et contrôler les saignements et signes vitaux 30 minutes après :
– S’il n’y a pas d’hémorragie visible et que la patiente est stable, vider complètement et retirer le ballon.
– Si l’hémorragie reprend, regonfler le ballon pour 6 à 8 heures supplémentaires et/ou envisager une chirurgie.

En cas d’échec initial du tamponnement ou reprise secondaire de l’hémorragie alors que le ballon gonflé est toujours en place, un traitement chirurgical est nécessaire.