DIAZÉPAM émulsion

Prescription sous contrôle médical

Pour l’administration, du matériel de ventilation doit être immédiatement disponible.


Action thérapeutique

– Anticonvulsivant, myorelaxant, anxiolytique, sédatif

Indications

– Spasmes musculaires du tétanos chez le nouveau-né

Présentation

– Ampoule à 10 mg (5 mg/ml, 2 ml), émulsion pour injection IV lente (3 à 5 minutes) ou perfusion dans du glucose à 10% de préférence (à défaut, à 5%). NE JAMAIS ADMINISTRER PAR VOIE IM OU RECTALE.

Posologie et durée

– La posologie dépend de la sévérité des symptômes et de la réponse clinique. A titre indicatif :
• 0,1 à 0,3 mg/kg en IV lente toutes les 1 à 4 heures
ou
• 0,1 à 0,5 mg/kg/heure en perfusion continue, de préférence à l’aide d’une seringue électrique
Diluer une ampoule de diazépam (10 mg) dans une seringue de 50 ml de glucose à 10%, pour obtenir une solution à 0,2 mg de diazépam par ml.
Toutes les 6 heures, jeter le contenu restant dans la seringue électrique et préparer une nouvelle seringue pour 6 heures.

Poids

Dose

Solution diluée à 0,2 mg/ml


2,5 kg

0,1 mg/kg/heure

1,3 ml/heure

0,3 mg/kg/heure

3,8 ml/heure

0,5 mg/kg/heure

6,2 ml/heure


3 kg

0,1 mg/kg/heure

1,5 ml/heure

0,3 mg/kg/heure

4,5 ml/heure

0,5 mg/kg/heure

7,5 ml/heure


3,5 kg

0,1 mg/kg/heure

1,8 ml/heure

0,3 mg/kg/heure

5,2 ml/heure

0,5 mg/kg/heure

8,8 ml/heure

Contre-indications, effets indésirables, précautions

– Ne pas administrer en cas d'insuffisance respiratoire ou hépatique sévères.
– Réduire la posologie de moitié en cas d'insuffisance rénale ou hépatique.
– Peut provoquer :
• hypotension, dépression respiratoire, en particulier en cas d'injection IV trop rapide et d'administration de doses très élevées ;
• somnolence, faiblesse musculaire ;
• en cas de surdosage : hypotonie, léthargie, détresse respiratoire, coma.
– Eviter ou surveiller l’administration avec :
• médicaments contenant de l'alcool, analgésiques opioïdes, autres anticonvulsivants, etc. (addition des effets sédatifs) ;
• inducteurs enzymatiques tels que névirapine, ritonavir, phénobarbital, phénytoïne, etc. (diminution de l’efficacité du diazépam) ;
• oméprazole, macrolides, ritonavir, fluconazole, etc. (augmentation des effets du diazépam) ;
• phénytoïne (modification des concentrations plasmatiques de la phénytoïne).

Remarques

– Le diazépam est soumis à des contrôles internationaux : se conformer à la réglementation nationale.
– Ne pas mélanger avec d'autres médicaments dans la même seringue ou perfusion.
– Conservation : température inférieure à 25 °C - 
L’émulsion diluée dans du glucose se conserve 6 heures maximum.