12.1 Avant l’interruption de grossesse


Ce chapitre concerne uniquement l’interruption de grossesse (IG) intra-utérine évolutive jusqu’à 22 semaines d'aménorrhée.

12.1.1 Information et counseling

La décision d’interrompre la grossesse appartient à la patiente. Sa décision doit être respectée, sans porter aucun jugement. Le rôle du personnel soignant est de lui permettre de prendre une décision éclairée et de lui fournir des soins de bonne qualité dans un environnement sécurisé.
L’IG doit être précédée d’un entretien qui permet de :
– Écouter la patiente : ressenti, situation, besoins et préoccupations.
– L’informer des méthodes : description, avantages et inconvénients, suites.
– Discuter des différentes options pour une contraception post-IG (Chapitre 11, Section 11.5).
Le personnel est tenu au respect de la confidentialité de l’entretien, des examens et de l’intervention.
Le consentement de la patiente à l’IG doit être clairement exprimé.

12.1.2 Interrogatoire et examen

– Réaliser un test de grossesse en cas de doute. Aucun autre examen de laboratoire n'est nécessaire en routine.
– Estimer l’âge gestationnel (date des dernières règles et/ou taille de l'utérus par examen bimanuel ou palpation abdominale) ; l'échographie de routine n'est pas recommandée.
– Rechercher (et traiter le cas échéant) les problèmes actuels : infection sexuellement transmise, signes de grossesse extra-utérine, douleurs pelviennes, fièvre, anémie sévère, etc.
– Rechercher les antécédents médicaux et obstétricaux pouvant contre-indiquer une méthode d'IG ou une méthode contraceptive pour la période qui suit l’IG.
– Dans les rares situations où un dispositif intra-utérin (DIU) est en place, le retirer si possible.

12.1.3 Choix d’une méthode

Avant 13 semaines d'aménorrhée

Il existe 2 méthodes : la méthode médicamenteuse et l'aspiration. Le curetage ne doit pas être utilisé.

Tableau 12.1 - Comparaison entre les 2 méthodes 


Méthode médicamenteuse

Aspiration

Avantages

• Méthode non invasive.
• Peut être réalisée à la maison.
• Pas d'antibioprophylaxie.

• Résultat immédiat.
• Pas de contre-indication absolue.
• Possibilité d’insérer un DIU à la fin de la procédure.

Inconvénients

• Pas de résultat immédiat (peut prendre plusieurs heures ou jours).
• Saignements abondants et crampes le temps de l’expulsion.
• Aspiration nécessaire en cas d’échec.

• Méthode invasive.
• Risque (faible) de perforation ou lacération cervicale.
• Antibioprophylaxie nécessaire.

Le choix de la méthode dépend de la préférence de la femme et de la faisabilité contextuelle. Dans la plupart des situations, la méthode médicamenteuse est préférée. L'aspiration reste une méthode valide et sûre qui doit être utilisée lorsque la méthode médicamenteuse est contre-indiquée (troubles de la coagulation) ou a échoué ou lorsque dans un contexte donné, la méthode médicamenteuse n'est pas envisageable.

Entre 13 et 22 semaines d'aménorrhée

Seule la méthode médicamenteuse peut être utilisée.