5.3 Rupture artificielle des membranes


Rupture de la poche des eaux, au moyen d'un perce-membranes (ou à défaut, de la griffe d'une demi-pince de Kocher).

5.3.1 Indications

– Accélération de la dilatation en cas de défaut de progression.
– Accélération de l'expulsion à dilatation complète en cas de défaut de progression.
– Complément de l'oxytocine lors de l'induction du travail (Chapitre 7, Section 7.3.2).
– Tentative d'hémostase lors du travail en cas de placenta praevia non recouvrant (ne pas perforer le placenta).

5.3.2 Précautions

– Hydramnios (risque de procidence du cordon) : réexaminer immédiatement après la rupture pour s'assurer que le cordon n'a pas été entraîné au devant de la présentation.
– Technique aseptique (risque infectieux par ouverture de la cavité amniotique aux germes).

5.3.3 Contre-indications

Absolues

– Placenta praevia recouvrant
– Présentation transverse

Relatives

– Dilatation inférieure à 5 cm, contractions irrégulières (faux début du travail, phase de latence).
– Siège avant dilatation complète. Conserver la poche des eaux intacte le plus longtemps possible.
– Infection par le HIV ou hépatite B (ou contexte de haute prévalence) avant dilatation complète : conserver la poche des eaux intacte le plus longtemps possible afin de limiter le risque de transmission materno-fœtale.
– Présentation non engagée (risque de procidence du cordon).

5.3.4 Technique

(Figure 5.10)

– Installer la femme en position gynécologique.
– Mettre des gants stériles.
– Badigeonner le périnée et le vagin à la polyvidone iodée 10%.
– Une main prépare l'accès à la poche (être bien dans le col), l’autre main insinue le perce-membranes entre les doigts de la première main, qui écartent le vagin et le col et guident la pointe pour pratiquer une petite effraction dans la poche bombante, pendant la contraction. Laisser s'écouler lentement le liquide puis agrandir au doigt l'orifice.
– Noter la couleur du liquide (clair, verdâtre, sanguinolent). Une coloration méconiale isolée, sans anomalie du rythme cardiaque fœtal, ne pose pas le diagnostic de souffrance fœtale mais impose un renforcement de la surveillance. 
– Vérifier l'absence de procidence du cordon.
– Contrôler les bruits du cœur fœtal avant et après la rupture.

Figure 5.10 - Rupture artificielle des membranes