14.7 Patients traités à domicile


Dans les contextes où les prévalences de la TB pharmacorésistante et du VIH sont élevées, il est conseillé de réaliser une évaluation du risque de transmission au domicile des patients traités en ambulatoire.

La prévention de la transmission intradomicilaire du bacille repose sur les mêmes principes et mesures que pour les structures de santé. Les mesures administratives, environnementales et de protection individuelle sont prises jusqu'à ce que le frottis du patient soit négatif au minimum et de préférence jusqu'à la conversion de la culture.

Mesures administratives
– Évaluer le risque de transmission de la TB : recueillir des informations sur le nombre de personnes vivant au domicile, le nombre de pièces, etc.
– Recherche des symptômes de TB chez les contacts du patient.
– Les enfants de moins de 5 ans doivent passer le moins de temps possible dans les mêmes pièces que les patients à culture positive (bien que le risque pour l'enfant soit sensiblement réduit une fois que le patient débute un traitement efficace). Une mère atteinte de TB et son enfant, lorsqu’ils sont réunis, doivent se trouver dans une pièce bien ventilée ou à l'extérieur. La mère doit porter un masque chirurgical lorsqu’elle s’occupe de l’enfant, jusqu'à ce qu'elle devienne frottis négatif.
– Informer les personnes vivant au domicile du patient sur la transmission de la TB, les précautions à prendre (hygiène de la toux, masques), les symptômes de la maladie, la gestion des crachoirs et mouchoirs (ne pas vider les crachoirs ; les jeter dans les latrines ou avec les déchets domestiques après les avoir placés dans un sac en plastique hermétiquement fermé).

Mesures environnementales
– Le patient doit dormir de préférence dans une chambre à part, avec la porte donnant sur le reste de la maison fermée.
– Les espaces communs doivent être bien ventilés (fenêtres ouvertes en permanence).
– Le patient doit être encouragé à passer la majeure partie du temps à l'extérieur, dans un lieu ombragé, si le climat le permet.

Mesures de protection individuelle
– Les patients à frottis positif ou ne répondant pas au traitement doivent porter un masque chirurgical lorsqu’ils entrent en contact avec d’autres personnes dans des lieux mal ventilés. Une fois que leur frottis devient négatif, ces patients peuvent être considérés comme non contagieux et le port du masque n’est plus nécessaire.
– Toute personne s’occupant d’un patient dans un espace clos doit porter un masque de protection respiratoire. La personne doit être formée à la bonne utilisation du masque et un essai d’ajustement doit être réalisé. Une fois que le patient est frottis négatif, le port du masque de protection n’est plus nécessaire.