3.7 Imagerie

3.7.1 Radiographie

La radiographie (Rx) du thorax n’est pas un examen spécifique dans le diagnostic de la TB. Elle n'est pas systématiquement indiquée chez les patients à frottis positif dans de nombreux pays, en raison d’un manque de ressources.

Compte-tenu de son absence de spécificité, la Rx du thorax est considérée comme un outil de diagnostic complémentaire. En effet, des études comparatives ont montré que le taux d’erreurs commises par des spécialistes – par défaut ou par excès – était d’environ 20%. Il est souvent difficile de différencier des lésions cicatricielles anciennes d’une TB évolutive. La radiologie est rarement concluante et ne peut que compléter les données de l’examen clinique et les antécédents, pour constituer un faisceau d’argument en faveur d’une TB.

La Rx du thorax est toutefois recommandée lorsque l'examen des crachats revient négatif ou dans le cadre d’un diagnostic de TB chez l’enfant24. Elle est particulièrement utile lorsque la proportion de TB bactériologiquement non confirmée (c.-à-d. résultat négatif à l’examen microscopique des crachats ou au test Xpert MTB/RIF) peut être élevée, comme p.ex. dans les populations où la prévalence du VIH est élevée.

En cas de co-infection par le VIH, les infiltrats, notamment en cas de déficit immunitaire prononcé, tendent à être diffus et localisés aux lobes inférieurs ; la radiographie peut même apparaître normale dans 10% des cas. Les cavernes sont moins souvent observées chez les patients infectés par le VIH. Dans une étude chez des patients atteints de TBP, des cavernes étaient présentes chez 33% des patients infectés par le VIH et 78% des patients non infectés par le VIH25.

La Rx du thorax est intéressante pour le diagnostic d’un épanchement pleural ou péricardique, en particulier au stade précoce de la maladie, lorsque les signes cliniques sont minimes. Un élargissement de la silhouette cardiaque est un élément clé du diagnostic de péricardite tuberculeuse26.

La Rx du thorax est essentielle dans le diagnostic de la TB miliaire. Elle montre des petites infiltrations nodulaires caractéristiques disséminées dans les deux champs pulmonaires26.

La radiographie est également utilisée en cas de suspicion de TB osseuse ou articulaire. Elle peut être utile, ainsi que la tomodensitométrie, en cas de Mal de Pott.

3.7.2 Echographie

L'échographie est utile pour confirmer un épanchement pleural27.

Elle est extrêmement utile dans le diagnostic de la péricardite tuberculeuse car elle permet de confirmer qu’un épanchement est la cause de l'élargissement de la silhouette cardiaque observé à la Rx du thorax.

Elle est peu utile dans le diagnostic de la TB abdominale. Des adénopathies multiples à l’échographie abdominale sont compatibles avec une TB, toutefois, des adénopathies multiples peuvent être observées dans d'autres maladies, en particulier dans l’infection par le VIH. Un épaississement de la paroi intestinale (région iléocécale) est également évocateur de TB abdominale.