Annexe 1. Exemples d’épidémies de rougeole et ripostes vaccinales

Maroua, Cameroun, 2008-2009

Voir référence 24.

La population de la ville de Maroua est estimée à 273 170 habitants.

La courbe montre :
– une augmentation du nombre de cas en mai 2008 (39 cas cumulés) ;
– une nouvelle augmentation en octobre 2008 dans certains quartiers, contemporaine d’un afflux de réfugiés. Une vaccination ciblant les enfants de 9 mois à 5 ans est réalisée dans ces zones ;
– malgré cette intervention, le nombre de cas de rougeole continue d’augmenter, avec un pic fin janvier 2009.

Un total de 875 cas et 8 décès ont été reportés entre le 1er janvier 2008 et le 6 avril 2009.
L’épidémie a duré 17 semaines.

Nombre de cas de rougeole, Maroua, Cameroun, 2008 - 2009

Plusieurs actions sont menées :
– début 2008 : renforcement de la vaccination de routine (PEV 9-11 mois) dans les centre de santé des zones affectées ;
– octobre 2008 : vaccination sélective des enfants de 9-59 mois (non vaccinés) dans certaines zones affectées ;
– fin janvier 2009, devant l’augmentation continue des cas de rougeole : campagne de vaccination de masse non sélective des enfants de 9 mois à 15 ans, 13 semaines après le début de l’épidémie.

Une enquête de couverture vaccinale (CV) a permis d’évaluer les couvertures obtenues par les stratégies successives :
– 74,1% (IC 95% : 70,0-78,3) des enfants ont été vaccinés par le PEV de routine, avec une couverture faible chez les enfants de 9 à 24 mois (66%) ;
– 28,1% (IC 95% : 22,3-33,9) lors des vaccinations sélectives en octobre 2008 ;
– 79,7% (IC 95% : 76,4-82,9) lors de la campagne non sélective en janvier 2009.

Après ces interventions, la CV est estimée à plus de 90% chez les enfants de 9 mois-15 ans.

6,1% des enfants sont restés non vaccinés après ces interventions. Les principales causes de non vaccination en routine étaient le refus (25%) et le manque d’information (22%). Pour la vaccination sélective et la campagne non sélective, la première cause était le manque d’information (37%).

La CV insuffisante du PEV a permis une recrudescence des cas dans certains quartiers.

Le renforcement des activités vaccinales n’a pas permis d’éviter la survenue d’une épidémie.

La campagne de vaccination réalisée quelques semaines après le début de l’épidémie a permis d’en contrôler l’extension (chute de l’incidence 2 semaines après la fin de la campagne). Fin de cette épidémie à la Semaine 14.

N’Djamena, Tchad, 2010

La population de la ville de N’Djamena est estimée à 1 133 794 habitants.

La dernière épidémie de rougeole est survenue en 2005. 8 015 cas ont été déclarés (taux d’attaque 660/100 000). Une campagne de vaccination ciblant les 6 mois-5 ans a été réalisée en 2006.

La courbe montre que :
– De 2007 à 2009, il y a peu de cas déclarés et la couverture vaccinale (CV) de routine décroît d’années en années.
– En 2008, une campagne de vaccination (AVS) est menée dans tous les districts. La CV globale est estimée à 68% (respectivement 90%, 71%, 68% et 63% dans les districts Nord, Sud, Centre et Est).
– Début 2010, on observe une augmentation du nombre de cas : 689 cas de la Semaine 1 à 7, avec des taux d’attaque 4 fois supérieurs à ceux des années précédentes. On note des disparités importantes entre les districts, le taux d’attaque dans le district Est étant 6,3 fois supérieur à celui du district Nord, 1,8 fois supérieur à celui du district Sud et 1,5 fois supérieur à celui du district Centre.
– Semaine 7, une investigation est menée et la vaccination PEV est renforcée.
– Malgré cette intervention, le nombre de cas augmente pour atteindre un pic Semaine 12.

Un total de 8 733 cas et 32 décès ont été reportés de la Semaine 1 à 25. L’épidémie a duré 16 semaines.

Nombre de cas de rougeole par semaine, N’Djamena, Tchad, 2007 à 2010

En réponse à cette épidémie, plusieurs actions ont été menées :
– à partir de la Semaine 7 : renforcement du PEV (9-11 mois) ;
– de la Semaine 12 (10 semaines après le début de l’épidémie) à la Semaine 15, campagne de vaccination de masse non sélective des enfants de 6 mois à 15 ans.

Une enquête de couverture vaccinale a estimé les CV avant et après la campagne de vaccination de masse :
– avant la campagne, CV globale pour les 6 mois-15 ans : 70,4% (IC 95% : 68,5-72,3) ;
– après la campagne, CV globale pour les 6 mois-15 ans : 82,5% (IC 95% : 81,5-83,5).

Les causes de non vaccination étaient : raisons pratiques (37%), refus de vaccination (25%), absence d’information (14%), existence d’une vaccination antérieure (1%), pas d’explication (16%).

La CV (PEV + vaccination de masse 2008) est insuffisante et permet une recrudescence des cas début 2010 (d’autant plus importante dans les quartiers où la CV est la plus faible).

Le renforcement du PEV n’a pas permis d’éviter la survenue d’une épidémie.

La riposte vaccinale, tardive (10 semaines après le début de l’épidémie) a permis de contrôler l’extension (chute de l’incidence dans les semaines qui suivent) et fin de l’épidémie vers la Semaine 22.