Annexe 2. Tamponnement intra-utérin par ballonnet

Select language:
Sommaire

    2.1 Indication

    Hémorragie par atonie utérine non contrôlée par les utérotoniques.

     

    La pose d’un ballon intra-utérin vise à réduire un saignement intra-utérin et éviter éventuellement une hystérectomie d’hémostase.

     

    Dans une structure SONUB, la pose du ballon intra-utérin permet de stabiliser la patiente avant de la référer vers une structure SONUC.

    2.2 Contre-indications

    – Rupture utérine
    – Infection purulente du vagin, du col ou de l’utérus

    2.3 Insertion du ballon

    – Évaluer le besoin d’analgésie/d’anesthésie.
    – Badigeonner le périnée à la polyvidone iodée 10%.
    – Vider l’utérus des caillots (révision utérine).
    – Poser une sonde urinaire de Foley.
    – Mesurer la hauteur utérine et la noter (pour le suivi).
    – Poser un spéculum. Insérer manuellement ou à l’aide d’une pince atraumatique le ballon (non gonflé) dans l’utérus, en s’assurant qu’il a totalement passé l’orifice interne du col.
    – Gonfler le ballon avec du chlorure de sodium 0,9% stérile (à température ambiante), jusqu’à ce qu’il soit visible dans le col de l’utérus (en général 250 à 300 ml, 500 ml max. ; noter le volume utilisé).
    – Appliquer une traction douce sur le cathéter et le fixer à la cuisse avec du sparadrap.
    – Connecter l’embout d’écoulement à un sac de collecte (sac à urine) afin de surveiller le saignement.

     

    2.4 Traitement associé

    – Perfusion continue d’oxytocine : 20 à 40 UI selon la dose déjà administrée (max. 60 UI au total) dans 1 litre de Ringer lactate ou chlorure de sodium 0,9% à administrer en 8 heures (42 gouttes/minute).
    – Antibiothérapie : ampicilline IV 1 g + métronidazole perfusion IV 500 mg ou amoxicilline/acide clavulanique IV 1 g, toutes les 8 heures jusqu’à l’ablation du ballon.
    – Débuter ou poursuivre une transfusion sanguine afin de corriger l’anémie.

    2.5 Suivi

    Surveillance horaire : signes vitaux, diurèse, hauteur utérine, saignement vaginal, volume de sang recueilli dans le sac de collecte, SpO2 (si disponible).

     

    Si n’y a pas d’écoulement de sang dans le sac de collecte mais que la hauteur utérine augmente, le cathéter peut être obstrué par des caillots : vérifier sa perméabilité en instillant 15 à 30 ml de chlorure de sodium 0,9% stérile.

     

    S’il n’y a pas d’écoulement de sang dans le sac de collecte, pas d’écoulement vaginal, pas d’augmentation de la hauteur utérine et si la patiente est stable, l’hémorragie est contrôlée : laisser le ballon en place pendant 24 heures.
    Après 24 heures, vider la moitié du volume injecté dans le ballon et contrôler les saignements et signes vitaux 30 minutes après :
    – S’il n’y a pas d’hémorragie visible et que la patiente est stable, vider complètement et retirer le ballon.
    – Si l’hémorragie reprend, regonfler le ballon pour 6 à 8 heures supplémentaires et/ou envisager une chirurgie.

     

    En cas d’échec initial du tamponnement ou reprise secondaire de l’hémorragie alors que le ballon gonflé est toujours en place, un traitement chirurgical est nécessaire.