1.2 Transmission


La transmission du bacille est interhumaine et s’effectue essentiellement par voie aérienne. La source de l'infection est un patient ayant une TB pulmonaire (TBP) ou laryngée, qui expectore des bacilles. En toussant, en parlant ou en éternuant, le patient produit de fines gouttelettes infectieuses. Le diamètre de ces gouttelettes est d’environ 1 à 5 microns— environ 1-5/1000 de millimètre. Elles peuvent rester en suspension dans l'air pendant plusieurs heures, selon l’environnement.

La contamination se produit lors de l’inhalation des gouttelettes infectieuses. La lumière solaire, les rayons UV et la ventilation sont des moyens efficaces de décontamination de l'environnement (Chapitre 14).

Les autres modes de transmission sont beaucoup moins fréquents. L’inoculation cutanée ou muqueuse est rare, toutefois des cas ont été observés chez le personnel de laboratoire. Rarement, une contamination digestive par M. bovis peut survenir suite à la consommation de lait de vache.

La contagiosité d'un patient est liée à la quantité de bacilles présents dans ses crachats. Les patients positifs à l'examen microscopique direct des crachats sont de loin les plus contagieux. Ceux positifs à la culture mais négatifs à l'examen microscopique sont moins contagieux. Les patients dont la microscopie et la culture de crachats sont négatifs ne sont habituellement pas contagieux.

Les patients souffrant de primo-infection (patients infectés par M. tuberculosis mais qui n’ont développé de maladie évolutive) ne sont pas contagieux. Les cas de TB extrapulmonaires (TBEP) ne le sont qu’exceptionnellement. En général, les enfants sont moins contagieux que les adultes, probablement parce qu’ils toussent peu, produisent peu de crachats et ont une charge bacillaire plus faible.

Une personne exposée à un patient tuberculeux contagieux n’est pas nécessairement infectée par M. tuberculosis. La probabilité de transmission du bacille dépend de trois facteurs :

Contagiosité du patient-source (facteur le plus important) :
– Statut bactériologique : les patients ayant un frottis positif sont les plus contagieux ;
– Virulence du bacille tuberculeux : certaines souches sont hautement transmissibles (et/ou plus susceptibles de provoquer une TB évolutive).

Environnement dans lequel a lieu l'exposition :
– Le plein air et l’ensoleillement sont des conditions dans lesquelles la transmission est moins susceptible de se produire ; à l’inverse, les petites pièces et les pièces non ventilées sont des conditions favorables à la transmission.
– La proximité entre la personne et le patient (p.ex. dormir aux côtés du patient ou dormir à 20 mètres) joue également un rôle important.

Durée de l'exposition :
Les personnes en contact étroit avec des patients tuberculeux sont les plus à risque d'être infectées par M. tuberculosis. Les contacts étroits peuvent être des membres de la famille, colocataires, amis, collègues ou toute personne qui passe plusieurs heures par jour avec le patient alors que celui-ci est contagieux.

Le meilleur moyen d'interrompre la transmission est de placer les patients, le plus rapidement possible, sous traitement antituberculeux efficace. Le délai nécessaire pour qu’un patient atteint de TB devienne non contagieux une fois que le traitement a débuté n'est pas formellement établi. Cependant, une fois qu’un traitement efficace est débuté, aussi longtemps que le patient le suit correctement, il est largement démontré que la contagiosité peut rapidement diminuer, même après quelques jours1,2,3.

On estime qu'un patient atteint de TB à frottis positif non diagnostiquée et non traitée contamine 10 à 20 personnes par an (avec des variations selon le style de vie et l’environnement).