Hépatites virales


– Plusieurs atteintes hépatiques sont regroupées sous le nom d'hépatite virale : il s’agit des hépatites A, B, C, Δ (delta) et E.
– Les différents virus de l'hépatite sont présents partout dans le monde mais leur prévalence varie selon les pays. Ainsi, les hépatites A et B sont très fréquentes dans les pays en développement où la presque totalité de la population est infectée au cours de l'enfance ou de l'adolescence.
– Les caractéristiques cliniques des hépatites sont assez semblables ce qui rend leur diagnostic étiologique difficile. Elles diffèrent cependant du point de vue épidémiologique, immunologique, ainsi que du point de vue pronostique avec une évolution potentielle vers la chronicité et le carcinome hépatocellulaire pour les hépatites B, C et Δ.
– Leurs principales caractéristiques sont résumées dans le tableau ci-dessous.

Signes cliniques

– Formes asymptomatiques
Les formes atténuées ou anictériques sont les plus fréquentes quelque soit le virus en cause et exposent aux mêmes risques évolutifs que les formes ictériques pour les hépatites B, C, Δ.

– Formes classiques
Début brusque ou insidieux avec des symptômes d’intensité variable : fièvre, asthénie, nausées, troubles digestifs, puis apparition d'un ictère avec urines foncées et selles plus ou moins décolorées.

– Formes fulminantes
Insuffisance hépatocellulaire avec cytolyse majeure évoluant fréquemment vers la mort. Cette forme est plus fréquente en cas de surinfection d'une hépatite B par le virus Δ et d’une hépatite E chez la femme enceinte lorsque l’infection survient au troisième trimestre de la grossesse (20% de létalité).

– Hépatites chroniques
Les hépatites B, C et Δ peuvent évoluer vers la cirrhose ou l'hépatome.

Principaux profils observés dans différentes situations cliniques au cours de l’infection par HBV

Ag
HBs

Anticorps
anti-HBs

Anticorps
anti-HBc

IgM
anti-HBc

Ag
HBe

Anticorps
anti-HBe

ADN
HBV

Interprétation

+

(–)

(–)

+

(+)

(–)

(+)

Hépatite aiguë

+/–

+

+/–

Hépatite aiguë en voie de guérison

+/–

+

Immunité post-infectieuse (guérison)

+

+

+/–

+

+

Hépatite chronique (virus sauvage)

+

Immunité post-vaccinale

Les tests entre parenthèses correspondent à ceux qu’il n’est pas utile de réaliser à titre diagnostique.

Les différentes formes d’hépatite virale


Hépatite A

Hépatite B

Hépatite C

Hépatite ∆

Hépatite E

Survenue habituelle

Enfance

Adulte jeune

Adulte jeune

Adulte jeune

Adulte jeune

Transmission

Oro-fécale
Eau et aliments souillés
Rarement transfusion

Sang et dérivés
Sexuelle
Matériel souillé de sang
Verticale (mère/ nouveau- né)

Sang et dérivés
Sexuelle : faible
Matériel souillé de sang (faible)
Verticale probable

Sang et dérivés
Sexuelle
Matériel souillé de sang
Verticale possible

Oro-fécale
Eau et aliments souillés

Incubation

2 à 6 semaines

4 à 30 semaines (en moyenne 10 semaines)

2 à 25 semaines

Co-infection B/∆ : comme pour l’hépatite B
Surinfection d’une hépatite B : environ 5 semaines

2 à 8 semaines

Contagiosité

Précède les signes.
Brève : < 10 jours après le début de l’ictère.
Maximale en fin d’incubation

Précède les signes et dure toute la phase active. Peut persister chez les porteurs chroniques.

Précède les signes.
Durée mal connue, semble idem virus B. Persisterait au-delà de la normalisation des transaminases.

Précède les signes.
Durée mal connue, semble idem virus B.

Précède les signes.
Durée mal connue (10 à 15 jours après le début de l’ictère).

Formes fulminantes

0,2 à 0,4%

1 à 3%

Plus rares que pour l’hépatite B

Beaucoup plus fréquentes en cas de surinfection d’une hépatite B qu’en cas de co-infection B/∆

Mortalité de 20% chez les femmes enceintes

Evolution

Pas de formes chroniques

Chronicité : 0,2 à 10% dont 5 à 15% évoluent vers la cirrhose.
Hépatome possible

Chronicité : jusqu’à 50% dont 10 à 25% évoluent vers la cirrhose.
Hépatome possible

Chronicité : 2 à 5% en cas de co-infection B/∆ ; > 90% en cas de surinfection d’une hépatite B (cirrhose rapide)

Pas de formes chroniques

Prévention individuelle

Immunoglobulines polyvalentes

Immunoglobulines spécifiques anti-HBs Préservatifs

Immunoglobulines spécifiques anti-HBs peuvent être efficaces

Idem hépatite B (le virus ∆ ne peut se développer qu’avec le virus B)

Inexistante

Vaccination

Anti-hépatite A

Anti-hépatite B

Inexistante

Anti-hépatite B

Inexistante

Prévention collective Hygiène, assainissement Limitation des transfusions, dépistage dans les banques de sang Utilisation de matériel à usage unique Hygiène, assainissement

Traitement

– Repos, hydratation, pas de régime particulier.
– L’administration de médicaments symptomatiques à la phase aiguë (antalgiques, antipyrétiques, antidiarrhéiques, antiémétiques, etc.) est formellement déconseillée car elle pourrait aggraver les manifestations et l’évolution de l’hépatite. L'usage des corticoïdes n'est pas indiqué.

Vaccination

Uniquement contre l'hépatite A et B. La vaccination contre l'hépatite B est inclue dans le PEV de certains pays.

Vaccination contre l’hépatite B par voie IM :

 Schéma standard
• Nouveau-né, nourrisson
Dans les régions où il existe une forte probabilité de transmission à la naissance : une injection à la naissance, à 6 semaines et à 14 semaines
Si la transmission à la naissance est peu probable : une injection à 6 semaines, 10 semaines et 14 semaines
• Enfant, adolescent, adulte
Schéma 0-1-6 : 2 injections à 4 semaines d'intervalle puis une 3e injection 5 mois après la 2e injection

 Schéma accéléré, lorsqu'une protection rapide est requise (départ urgent en zone d'endémie, prophylaxie post-exposition)
Schéma J0-J7-J21 : 3 injections administrées au cours du même mois puis une 4e injection 1 an après la 1re injection