Antiseptiques et désinfectants

Définitions

Les antiseptiques sont utilisés pour tuer ou éliminer les microorganismes et/ou inactiver les virus sur les tissus vivants (peau saine ou lésée, muqueuses).
Les désinfectants sont utilisés pour tuer ou éliminer les microorganismes et/ou inactiver les virus sur les milieux inertes (instruments, matériel, équipements, surfaces, murs, sols).
Certains produits sont à la fois antiseptique et désinfectant (voir la fiche spécifique de chaque produit).

Sélection

Produits recommandés

1) Liste de base
Il n'existe pas de produit unique répondant à tous les besoins en terme de nettoyage, désinfection et antisepsie. Cependant, l'utilisation d'une liste limitée de produits permet une meilleure connaissance de ces produits par les utilisateurs et facilite la gestion des stocks :
– du savon ordinaire ;
– un détergent et, si disponible, un détergent-désinfectant pour instruments et un détergent-désinfectant pour sols et surfaces ;
– un désinfectant : produit générateur de chlore (p. ex. NaDCC) ;
– un antiseptique : polyvidone iodée à 10% ou chlorhexidine.

2) Liste complémentaire
D’autres produits peuvent être utilisés selon le type d’activité, les ressources, les possibilités d’approvisionnement ou la disponibilité locale des produits :

Ethanol et isopropanol
En raison de sa rapidité d'action (< 30 secondes), l’alcool, s’il est disponible localement, est intéressant pour désinfecter :
• la peau saine avant prélèvement sanguin ou injection (sauf vaccins),
• les bouchons en latex des flacons des médicaments injectables.
L’alcool agit plus rapidement que la polyvidone iodée mais son activité est de plus courte de durée.
L’application d’alcool sur les muqueuses et la peau lésée est contre-indiquée, toutefois, l’alcool peut être utilisé comme antiseptique sur la peau lésée en cas d’accident d’exposition au sang.
L’alcool est plus efficace à 60-70% qu'à 90-95%.

Solutions hydro-alcooliques pour la désinfection des mains par friction
Les solutions hydro-alcooliques (SHA) sont utilisées pour la désinfection standard (ou traitement hygiénique) des mains par friction. Certaines SHA (mais pas l’ensemble des SHA) peuvent également être utilisées pour la désinfection chirurgicale des mains par friction.
Toutes les SHA ne sont pas équivalentes. Par exemple, pour la désinfection standard des mains par friction, selon la spécialité :
• L’effet bactéricide est obtenu en 1 friction unique de 30 secondes ou en 2 frictions consécutives de 30 secondes ou en 1 friction unique de 60 secondes.
• Il faut utiliser 3 ml ou 5 ml de solution par friction.
Il importe donc, en cas d’achat local, de vérifier la qualité du produit et les modalités spécifiques d’utilisation (nombre de friction(s), durée de la friction, volume par friction).
En cas d’activité chirurgicale : s’assurer que le produit est utilisable pour la désinfection chirurgicale des mains. Pour les modalités d’utilisation, se conformer aux instructions du fabricant.
Tous les alcools et préparations à base d’alcool sont inflammables. Des précautions doivent être prises lors de leur stockage et utilisation, afin de ne pas les mettre en contact avec une source de chaleur (flamme, bistouri électrique, etc.).

Solution moussante de polyvidone iodée (PVI)
La solution moussante de PVI à 4% ou 7,5% est utilisée pour le nettoyage (détersion) de la peau saine ou lésée et du champ opératoire, ainsi que pour le lavage antiseptique des mains et le lavage chirurgical des mains.
Compte tenu des incompatibilités entre les familles d’antiseptiques, les opérations de détersion et d’antisepsie ne doivent être réalisées qu’avec des produits de la même gamme.
Par exemple, pour la préparation cutanée de l’opéré, utiliser la solution moussante de PVI pour la détersion puis une solution dermique de PVI à 10% pour l’antisepsie.

Glutaraldéhyde (solution aqueuse à 2%)
Le glutaraldéhyde est utilisé pour la désinfection de haut niveau, par trempage, du matériel thermosensible (ne supportant pas la stérilisation) et notamment des endoscopes.
Les recommandations d’utilisation du glutaraldéhyde doivent être strictement respectées :
1) deux nettoyages préalables du matériel immergé dans une solution détergente-désinfectante pour instruments, chacun suivi d’un rinçage ;
2) immersion complète du matériel dans la solution de glutaraldéhyde à 2% pendant 20 minutes ;
3) rinçage final abondant pour éliminer tout résidu, à l’eau filtrée (ou à l’eau stérile pour les endoscopes introduits dans une cavité stérile) ;
4) séchage complet avec un linge stérile ;
5) emballage stérile du matériel et utilisation dans les 24 heures.
Il existe des solutions de glutaraldéhyde à 2% prêtes à l’emploi (p. ex. Korsolex PAE®, Steranios 2%®), des solutions concentrées à diluer pour obtenir une solution à 2% (p. ex. solution à 25%, 38,5%) ; certaines préparations doivent être « activées » (alcalinisées) avant usage, par addition de l’activateur fourni avec le produit (p. ex. Cidex®, Glutrex®).
La solution de glutaraldéhyde est irritante pour la peau et les muqueuses et libère des vapeurs toxiques. Le personnel exposé doit prendre des précautions pour protéger la peau, les yeux et éviter d’inhaler les vapeurs (risque de nausées, céphalées, troubles respiratoires, rhinite, irritation oculaire, dermatite).
Les solutions de glutaraldéhyde sont inflammables : des précautions doivent être prises lors de leur stockage et utilisation, afin ne pas les mettre en contact avec une source de chaleur.

Produits déconseillés

– Eau oxygénée (3% ou 10 volumes) : son efficacité en tant qu’antiseptique est très limitée mais elle peut être utile pour nettoyer les plaies souillées. Par ailleurs, les solutions concentrées sont dangereuses à transporter et à manipuler.

– Dérivés mercuriels, p. ex. borate de phénylmercure, merbromine (Mercurochrome®), mercurobutol (Mercryl®), thiomersal (Merthiolate®, Timerosal®) : leur efficacité est limitée ; ils provoquent des effets secondaires graves (toxicité rénale, neurologique, digestive ; allergies) ; ils polluent fortement l'environnement. Leur utilisation est à proscrire.

– Hexachlorophène : son efficacité est limitée ; il est toxique pour le système nerveux central.

– Ether : utilisé à tort comme un antiseptique, l'éther sert à éliminer les résidus de sparadrap.

– Eosine : utilisée à tort comme un antiseptique, l’éosine est un colorant à visée asséchante.

Aucun de ces produits ne fait partie de la liste des médicaments essentiels de l’OMS.

Préparation et utilisation des solutions antiseptiques aqueuses

Préparation

Les solutions aqueuses peuvent être contaminées par des germes pathogènes (notamment Pseudomonas aeruginosa) lors des manipulations. Pour limiter ce risque :

– Préparer les solutions avec de l'eau claire, bouillie quelques minutes et refroidie.

– Préparer les solutions extemporanément, c’est-à-dire immédiatement avant leur utilisation.

– Ne préparer que des petits volumes afin d'éviter le gaspillage et l’utilisation de solutions périmées et/ou contaminées.

– Laver les flacons à l'eau chaude et les laisser sécher avant le remplissage.

– Ne jamais utiliser de bouchons de liège (favorisent les contaminations ; le liège inactive certains antiseptiques comme la chlorhexidine).

– Indiquer sur les flacons :
• le nom du produit,
• la concentration du produit,
• la date et l’heure de préparation.

Chaque structure médicale doit établir une politique claire pour le renouvellement des solutions antiseptiques.

Utilisation

– Ne pas utiliser de solutions antiseptiques de différentes familles lors d’un soin : il existe des incompatibilités entre ces différentes familles.

– Les antiseptiques sont utilisés pour les plaies souillées ou infectées. Les plaies propres, non infectées, peuvent être nettoyées avec du chlorure de sodium à 0,9% ; il n’est pas nécessaire d’appliquer un antiseptique.

– En cas d’accident d’exposition au sang (piqûre ou blessure cutanée) : il importe de bien nettoyer la plaie à l'eau et au savon. Il n’est pas démontré que l’application d’un antiseptique réduit le risque de transmission, mais l’application d’un antiseptique – après le lavage de la plaie – n’est pas contre-indiquée. Utiliser de l’eau de Javel à 2,6% diluée à 1/5e ou au 1/10e ou de l’alcool à 70% ou de la polyvidone iodée à 10% et laisser en contact 5 minutes.

– Il n’est pas recommandé de désinfecter la peau lors de l’injection d’un vaccin mais de la nettoyer à l’eau propre. Certains vaccins (p. ex. le BCG) peuvent être inactivés en présence d’antiseptique. Si un antiseptique est malgré tout utilisé, attendre son séchage complet avant d’injecter un vaccin.

Préparation et utilisation des solutions désinfectantes

L'efficacité de la désinfection peut être compromise par des erreurs de préparation (concentration, température), le non-respect des temps de contact et/ou par la dégradation des produits résultant de mauvaises conditions de stockage.

Le personnel chargé de la désinfection doit porter des vêtements de protection lors de la préparation ou de l’utilisation de solutions désinfectantes : blouse, tablier en caoutchouc, gants à manches longues, lunettes et masque.

Préparation

Les solutions doivent être préparées avec de l’eau claire (uniquement de l’eau froide pour les solutions chlorées, et dans un récipient non métallique).

– Solution pour la désinfection des sols et surfaces : préparer au moment de l'emploi et jeter le restant de solution après utilisation.

– Solution pour la pré-désinfection des dispositifs médicaux et instruments : renouveler chaque jour. Conserver le bain 24 heures au maximum ; si la solution est visiblement souillée, la jeter et préparer un nouveau bain de trempage, sans attendre 24 heures.

– Solution pour la désinfection des dispositifs médicaux et instruments : préparer au moment de l'emploi et jeter la solution après utilisation.

N’ajouter aucun autre produit (p. ex. un détergent, un détartrant) à ces solutions.

Désinfection des sols et surfaces

– Appliquer une solution détergente-désinfectante pour sols et surfaces1 , sans rinçage. Pour la dilution et les modalités spécifiques de préparation, suivre les instructions du fabricant.
Ou
– Après nettoyage avec un détergent (produit nettoyant ne contenant pas d’agent antimicrobien) et rinçage à l’eau, appliquer une solution à 0,1% de chlore actif. Le nettoyage-rinçage préalable est indispensable : l’activité du chlore est réduite en présence de matières organiques (crachats, vomissures, selles, pus, sang et autres liquides corporels) et le détergent utilisé peut être incompatible avec le chlore. Le temps de contact est de 15 minutes. Il est indispensable de rincer à l’eau les surfaces en inox désinfectées à l’aide d’une solution chlorée.

L’utilisation de produits détergents-désinfectants simplifie le travail (le nettoyage et la désinfection s’effectuent en une opération) mais ces produits ont l’inconvénient d’être faiblement détergents et de former un film provoquant l’encrassement des sols. Il faut par conséquent utiliser en alternance un détergent. Chaque structure médicale doit établir une politique claire dans ce domaine.

Désinfection du linge

Après un lavage manuel suivi d’un rinçage : tremper le linge propre dans une solution à 0,1% de chlore actif pendant 15 minutes et rincer abondamment (3 rinçages).

Après un lavage en machine à 60 °C : tremper le linge dans une solution à 0,1% de chlore actif pendant 2 à 3 minutes et rincer (3 rinçages).

Pré-désinfection du matériel médical réutilisable

– Après le soin, immerger le matériel (démonté, pinces et ciseaux ouverts) :
• Dans une solution détergente-désinfectante pour dispositifs médicaux et instruments1 . Irriguer le matériel creux avec la solution de trempage, à l’aide d’une seringue.
Pour la dilution et le temps de trempage, suivre les instructions du fabricant ; utiliser un minuteur.
Ou
• Dans une solution à 0,1% de chlore actif pendant 15 minutes (utiliser un minuteur). Irriguer le matériel creux avec la solution de trempage, à l’aide d’une seringue.
Respecter le temps de contact et les concentrations requises (risque de corrosion des instruments métalliques). Un trempage > 15 minutes et/ou une concentration plus élevée augmentent le risque de corrosion.

– Rincer à l’eau claire, utiliser une seringue pour les instruments creux.

– Sécher avec un linge sec, propre, non pelucheux.

Lavage-désinfection du matériel médical réutilisable

Après l’étape de pré-désinfection :
– Immerger le matériel dans une solution détergente-désinfectante pour dispositifs médicaux et instruments1 (pour la dilution et le temps de trempage, suivre les instructions du fabricant). Les brosser à l’aide d’une brosse douce, non abrasive. Pour les instruments creux, utiliser un écouvillon ou irriguer avec la solution à l’aide d’une seringue. Rincer à l’eau claire, égoutter le matériel et sécher avec un linge sec, propre, non pelucheux.
Ou
– Nettoyer (comme ci-dessus) avec un détergent et rincer à l’eau claire. Immerger ensuite le matériel pendant 20 minutes dans une solution à 0,1% de chlore actif (utiliser un minuteur). Respecter le temps de contact et les concentrations requises (risque de corrosion des instruments métalliques). Rincer à l’eau claire, égoutter le matériel et sécher avec un linge sec, propre, non pelucheux.



Footnotes
Ref Notes
1

Par exemple un détergent-désinfectant à base d’ammonium quaternaire.

[ a b c ]