3.2 Culture


La culture permet de confirmer le diagnostic de TB et est plus sensible que la microscopie. Il faut 10 à 100 bacilles/ml pour obtenir un résultat positif3. Seuls les laboratoires spécialisés ayant mis en place un contrôle de qualité régulier peuvent réaliser des cultures.

L'échantillon de crachats est centrifugé après avoir été décontaminé pour éliminer d’autres micro-organismes. Le sédiment est cultivé sur un milieu spécial, dans un incubateur à 37°C. Pour la conservation et l'expédition des échantillons, se référer à l’Annexe 1.

Du fait de la croissance lente de M. tuberculosis, les résultats des cultures ne sont obtenus qu’après plusieurs jours. Les délais d’obtention des résultats selon la technique sont présentés dans la Section 3.5, Tableau 3.1.

Les cultures devraient prendre une place plus importante dans le diagnostic et le suivi des patients, en raison des performances limitées de la microscopie dans les cas suivants :
– Confirmation d’échec thérapeutique ;
– Diagnostic de TBEP ;
– Confirmation d’une TB à frottis négatif en cas de doute ;
– Distinction entre complexe M. tuberculosis et MNT ;
– Surveillance et évaluation de la réponse au traitement chez les patients sous antituberculeux de deuxième ligne.

Lorsqu’un organisme pousse sur milieu solide ou liquide, celui-ci doit être identifié. Il existe plusieurs méthodes pour identifier M. tuberculosis. Les tests peuvent être phénotypiques (le test le plus courant est le test à la niacine) ou génotypiques (tests reposant sur l'analyse de l'ADN, Section 3.4). Étant donné la complexité de l'identification phénotypique, les tests génotypiques sont préférés. Leur inconvénient est leur coût. Les laboratoires effectuant des cultures doivent réaliser les tests d'identification de M. tuberculosis selon les recommandations internationales.