Agitation

Les personnes qui ont récemment subi des évènements violents ou qui présentent des troubles anxieux, psychotiques ou confusionnels peuvent avoir des phases d’agitation psychomotrice.
L’agitation est fréquente au cours des intoxications aiguës (alcool/drogues psychostimulantes) et des syndromes de sevrage. Certains médicaments peuvent provoquer une agitation (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (IRS), lévodopa, méfloquine, éfavirenz, etc.).
L’agitation peut être accompagnée de comportements d’opposition, de fuite ou de violence.

Conduite à tenir

Il est préférable d’être deux pour réaliser l’évaluation clinique, au calme, avec ou sans l’entourage, selon la situation.

Il importe de déterminer si le patient présente des signes de confusion mentale. Si oui, l’urgence est de détecter la cause et de la traiter (voir Etat confusionnel).

Il peut être nécessaire d’administrer 10 mg de diazépam PO pour réduire l’agitation et réaliser l’examen clinique sans trop sédater le patient. Si l’agitation est liée à une intoxication aiguë par alcool : préférer l’halopéridol PO, 2 à 10 mg (risque de dépression respiratoire avec le diazépam).

Face à un patient violent, dangereux, une sédation s’impose d’emblée : 10 mg de diazépam IM à renouveler après 30 à 60 minutes si nécessaire.
La contention physique est parfois indispensable mais doit rester une mesure d’exception, temporaire, toujours associée à une sédation et à une surveillance médicale étroite.

Chez un patient alcoolique, un syndrome de sevrage est possible dans les 6 à 24 heures après l’arrêt de l’alcool. Y penser chez les patients dont l’hospitalisation entraîne un sevrage brutal. A la phase précoce (pré-délirium tremens), le syndrome associe agitation, irritabilité, sensation de malaise général, sueurs profuses, tremblements. Le traitement comprend :
diazépam PO (10 mg toutes les 6 heures pendant 1 à 3 jours puis réduire jusqu’à l’arrêt en 7 jours)
+ hydratation par voie orale (3 litres d’eau par jour)
thiamine IM (100 mg une fois par jour pendant au moins 3 jours)

Si l’agitation est associée à des troubles anxieux : voir Anxiété ; à des troubles psychotiques, voir Troubles psychotiques.