14.2 Mise en oeuvre des stratégies de lutte contre la transmission


Il existe trois types de mesures contrôle de l'infection : (1) mesures administratives, (2) mesures environnementales et (3) mesures de protection individuelle5. La mise en oeuvre de ces mesures nécessite un personnel dédié et un plan de prévention.

14.2.1 Praticien de la lutte contre les infections

Une personne doit être clairement identifiée comme responsable de la prévention. Elle doit avoir le soutien et l'autorité pour mener, appliquer et évaluer les politiques en matière de lutte contre de la transmission de la TB dans l’établissement.

14.2.2 Comité d’hygiène hospitalière

Le praticien de la lutte contre les infections évalue la nécessité de créer un comité d’hygiène hospitalière. Ce comité peut comprendre des médecins, infirmier(e)s, techniciens de laboratoire, logisticiens et membres du personnel chargés de l’intendance et de l’administration. Selon le contexte et le niveau de risque, l’avis d’experts peut être nécessaire.

14.2.3 Plan de prévention

Dans toutes les structures, un plan de prévention détaillé doit être établi par écrit et remis à jour annuellement.
Une version abrégée de ce plan doit être accessible à tout le personnel en contact avec les malades ou non (c.-à-d. personnel chargé de l'hygiène des locaux, des cuisines, etc.).

La première étape dans l'élaboration d'un plan de prévention est l’évaluation du risque de transmission de la TB dans l'établissement6. Cette évaluation doit être effectuée par le praticien de la lutte contre les infections. Le plan doit être spécifique à chaque établissement.
L'Annexe 16 est un exemple de grille d'évaluation des risques.

Le plan de prévention comprend des mesures de natures différentes (administratives, environnementales, de protection individuelle). Les précautions et procédures pour les zones à haut risque doivent être exposées en détail.

Il est recommandé de réaliser un plan de l'établissement dans son intégralité, sur lequel figure les circuits de patients et où sont identifiées les zones à risque élevé.

Les zones sont classées du niveau de risque le plus élevé au plus faible :

Risque élevé
• Services des patients à frottis positif
• Service de diagnostic
• Zone de préparation des frottis, culture, antibiogramme (laboratoire)
• Zone de prélèvement des crachats
• Service de radiologie
• Salles d’attente


Risque limité
• Service des enfants
• Service des TB extrapulmonaires (EPTB) et patients à frottis négatif
• Zone de lecture des frottis (laboratoire)
• Zone d’élimination des déchets


Risque faible (zones sans TB)
• Cuisine
• Administration