5.2 Spécificités de la tuberculose chez l’enfant


Le risque d’infection tuberculeuse est élevé chez l’enfant. Dans les régions endémiques, les enfants sont susceptibles d’être exposés à la TB par un contact dans l’entourage. Il est essentiel de réaliser un interrogatoire minutieux chez les enfants ayant des signes et symptômes évocateurs de TB. Lorsqu’un diagnostic de TB est posé chez enfant, il faut s’efforcer de détecter le cas index et les autres cas non diagnostiqués dans l’entourage familial. Plus l’enfant est jeune, plus il est facile d’identifier le cas index. De la même manière, chez tous les patients, enfants ou adultes, surtout s’ils sont frottis positif, il faut rechercher si des enfants sont en contact étroit avec le patient (Chapitre 16).

Il existe un risque d’évolution rapide vers une TB évolutive et une forme sévère : 90% des jeunes enfants qui développent une TB le font dans les 12 mois qui suivent l’infection2. Les enfants < 3 ans et les enfants immunodéprimés (p.ex. infection par le VIH, malnutrition, période post-rougeole) sont particulièrement vulnérables. Il est donc primordial de détecter et traiter ou de mettre sous prophylaxie les enfants précocement.

La plupart des cas sont des TB pulmonaires (TBP) mais les frottis sont rarement positifs car les enfants sont peu bacillifères. De plus, il est difficile d’obtenir des crachats chez l’enfant. En conséquence, les TB à frottis positif représentent 10% de l’ensemble des cas de TB dans la tranche d’âge des 0-14 ans.

La TB extrapulmonaire (TBEP) est fréquente chez l’enfant. La localisation dépend de l’âge. Les formes miliaires et méningées se rencontrent principalement chez le jeune enfant. Les TB ganglionnaires et ostéo-articulaires sont plus fréquentes chez le grand enfant.

Le BCG administré à la naissance offre une protection partielle contre les formes graves chez les jeunes enfants. Il offre peu ou pas de protection contre la TBP. Un antécédent de vaccination par le BCG n'exclut pas la possibilité de TB chez un enfant dont les signes et symptômes sont évocateurs.