9.3 Utilisation des corticoïdes


Les corticoïdes sont indiqués en cas de :
– Méningite, quel que soit le stade de gravité ;
– Epanchements liquidiens : pleural avec difficultés respiratoires sévères ; épanchement péricardique ;
– Compression : laryngite avec obstruction des voies respiratoires supérieures ; TB urinaire (pour prévenir une sténose de l’uretère) ; hypertrophie ganglionnaire avec compression bronchique ou artérielle ;
– Réaction sévère d’hypersensibilité aux antituberculeux (toutefois, l’efficacité des corticoïdes n’est pas démontrée) ;
– Réaction paradoxale (syndrome inflammatoire de reconstitution immunitaire) sévère en début de traitement antirétroviral ou antituberculeux (Chapitre 12, Section 12.7)1 .

Administrer de la prednisolone PO (ou prednisone) pendant 6 à 12 semaines, en fonction de la sévérité des symptômes et la réponse clinique :
– Enfant : 2 mg/kg/jour en une prise le matin, jusqu’à 4 mg/kg/jour en une prise en cas de symptômes sévères (max. 60 mg/jour en une prise)
– Adulte : 40 à 60 mg/jour en une prise le matin

En fin de traitement, réduire progressivement la dose sur 2 semaines. Chez l’adulte, réduire de 5 à 10 mg tous les 2 à 3 jours. Un arrêt brutal des corticoïdes peut provoquer une insuffisance surrénalienne.



Footnotes
Ref Notes
1

Malgré leur effet immunosuppresseur, les corticoïdes peuvent être utilisés chez de nombreux patients VIH, en fonction de leur statut immunitaire et des infections intercurrentes associées. Toutefois, un traitement corticoïde ne doit jamais être débuté avant le traitement antituberculeux.