2.5 Résumé des présentations cliniques de la TB

Select language:
Sommaire

     

     

    Tableau 2.3 - Présentations cliniques de la TB et particularités chez les patients infectés par le VIH

     

    Localisations

    Présentations cliniques

    Particularités chez les patients VIH

    TB pulmonaire

    • Toux prolongée (> 2 semaines), avec ou sans expectoration.
    • Perte de poids, anorexie, fatigue,  essoufflement, douleurs thoraciques, fièvre modérée, sueurs nocturnes, hémoptysie.
    • Fièvre et perte de poids plus fréquentes et prononcées.
    • Toux et hémoptysie peuvent être moins fréquentes (moins d'inflammation et de cavernes).
    • Voir algorithmes Chapitre 4.

    TB disséminée (miliaire)

    • Symptômes non spécifiques : fièvre élevée, céphalées, perte de poids.
    • Détérioration clinique en quelques jours ou semaines.
    • Atteinte simultanée de plusieurs organes.
    • Risque élevé de méningite chez l’enfant.
    • Image radiologique de miliaire.
    • Peut être confondue avec la perte de poids rencontrée aux stades avancés de l’infection par le VIH.
    • M. tuberculosis parfois isolé par hémoculture.

    TB ganglionnaire

    • Le plus souvent dans la région cervicale.
    • Ganglions > 2 cm, non-inflammatoires, indolores, chroniques (> 4 semaines) ; fistulisation possible.
    • L’infection par le VIH peut provoquer une lymphadénopathie persistante généralisée (LPG). Dans la LPG, les ganglions sont indolores et symétriques. Les ganglions cervicaux postérieurs ou épitrochléens sont souvent touchés.
    • Les autres causes fréquentes de lymphadénopathie sont le lymphome, les métastases cancéreuses, le sarcome de Kaposi.

    TB méningée

    • Evolution subaiguë, insidieuse.
    • Céphalées, irritabilité, fièvre, altération de la conscience.
    • Syndrome méningé présent dans la plupart des cas.
    • Éliminer une cryptococcose méningée : réaliser un test antigénique sur le sérum et le LCR.

    TB ostéoarticulaire

    • Mono-arthrite peu ou pas douloureuse avec destruction articulaire.
    • Déformation du rachis (Mal de Pott).
    • Atteintes multifocales plus fréquentes.

    TB urogénitale

    • Rénale : symptômes urinaires, peu de signes généraux, suspectée en cas de non-réponse à une antibiothérapie à visée urinaire. 
    • Signes gynécologiques non spécifiques, stérilité, ou épididymite et douleurs scrotales.
     

    TB abdominale

    • Ascite (peut masquer une perte de poids).
    • Masse abdominale, douleurs, diarrhée.
    • Plus souvent associée à une TBP.

    Epanchements

    • Pleural : douleurs pleurales, dyspnée.
    • Péricardique : douleurs thoraciques, dyspnée, œdèmes des membres inférieurs ou ascite, frottement péricardique.
    • Épanchements souvent importants.
    • En zone de forte prévalence TB-VIH, la TB est l'étiologie la plus fréquente.

     

    Une TB est considérée comme non sévère si les critères suivants sont réunis :

    • examen microscopique négatif, et
    • TBP non compliquée avec petit infiltrat limité à un lobe, sans caverne, ou
    • TB ganglionnaire extra-thoracique non compliquée, ou
    • TB ganglionnaire intrathoracique non compliquée.