Diphtérie


– La diphtérie est due à la prolifération du bacille diphtérique (Corynebacterium diphtheriae) dans les voies respiratoires supérieures et à la diffusion de la toxine diphtérique dans l'organisme.
– La transmission est directe, par l'intermédiaire de gouttelettes provenant des voies aériennes supérieures (toux, éternuements, parole) du sujet malade ou porteur sain.
– La maladie ne confère pas une immunité suffisante. La vaccination protège contre les manifestations de la toxine mais n'empêche pas le portage par les sujets sains.

Signes cliniques

– Signes liés à l’infection :
• Angine pseudomembraneuse (membranes grisâtres, épaisses, fortement adhérentes) avec dysphagie et adénopathies cervicales, pouvant progresser vers un œdème cervical marqué ;
• Obstruction et asphyxie possible en cas d’extension aux fosses nasales, au larynx, à la trachée, aux bronches ;
• Fièvre en général modérée.

– Signes liés à la toxine et dont dépend le pronostic :
• Troubles cardiaques (galop à l’auscultation, arythmie), myocardite sévère avec insuffisance cardiaque pouvant mener à un choc cardiogénique ;
• Neuropathies entre 1 et 3 mois après le début de la maladie avec troubles de la déglutition (paralysie du voile du palais), de la vision (muscles oculaires), de la respiration (muscles respiratoires), paralysie des membres ;
• Oligurie, anurie et insuffisance rénale.

Laboratoire

Isolement d'une souche toxinogène de C. diphtheriae sur culture d'écouvillonnage pharyngé.

Traitement

– Examen prudent de la gorge.
– Isolement des patients ; précautions complémentaires de type contact et gouttelettes pour le personnel médical (gants, blouses, masques, lavage des mains).
– Administration de l’antitoxine diphtérique obtenue à partir de sérum de cheval. Ne pas attendre la confirmation bactériologique, tout délai de mise en route en diminue l’efficacité. Administrer l’antitoxine selon la méthode de Besredka pour tester une éventuelle allergie.

 Il existe un risque de réaction anaphylactique, en particulier chez les patients asthmatiques. Placer le patient sous surveillance étroite, avec immédiatement disponible du matériel de ventilation (Ambu et masque), d’intubation, du Ringer lactate et de l’épinéphrine.

Méthode de Besredka : injecter 0,1 ml en SC et attendre 15 minutes. En l’absence de réaction allergique (pas d’érythème au point d’injection ou érythème plat de moins de 0,5 cm de diamètre), injecter 0,25 ml en SC. En l’absence de réaction après 15 minutes, injecter le reste du produit en IM ou en IV selon le volume à administrer.

Posologie en fonction de la gravité et du retard au traitement :

Signes cliniques

Dose en unités

Voie d’administration

Laryngite ou pharyngite
ou durée < 48 heures

20 à 40 000


IM ou perfusion IV dans 250 ml de chlorure de sodium 0,9% en 2 à 4 heures pour des doses supérieures à 20 000 UI.

Rhinopharyngite

40 à 60 000

Forme grave, œdème cervical
ou durée ≥ 48 heures

80 à 100 000


– Antibiothérapie pendant 14 jours (ou pour la durée recommandée par le protocole national) :
• Si le patient peut avaler :
azithromycine PO
Enfant : 20 mg/kg une fois par jour (max. 500 mg par jour)
Adulte : 500 mg une fois par jour
ou
érythromycine PO
Enfant : 30 à 50 mg/kg1
Adulte : 1 g 2 fois par jour
ou
phénoxyméthylpénicilline (pénicilline V) PO
Enfant de moins de 1 an : 12,5 mg/kg 4 fois par jour (max. 500 mg par jour)
Enfant de 1 à 6 ans : 125 mg 4 fois par jour
Enfant de plus de 6 ans et adulte : 250 mg 4 fois par jour

• Si le patient ne peut pas avaler, commencer par un des traitements ci-dessous et prendre le relais dès que possible avec un traitement oral ci-dessus pour compléter 14 jours de traitement :
benzylpénicilline procaïne IM1
Enfant : 50 000 UI/kg (= 50 mg/kg) une fois par jour (max. 1,2 g par jour)
Adulte : 1,2 MUI (1,2 g) une fois par jour 
 Ne jamais administrer la benzylpénicilline procaïne par voie IV.
ou, à défaut,
benzylpénicilline IM ou IV lente (3 minutes)
Enfant : 25 mg/kg toutes les 6 heures (max. 2,4 g par jour)
Adulte : 1 MUI (600 mg) toutes les 6 heures
En cas d’allergie à la pénicilline, utiliser érythromycine IV2 .

– Intubation/trachéotomie parfois nécessaires en cas d'obstruction laryngée ou de complications cardiaques ou neurologiques.

Conduite à tenir pour les contacts proches

Les contacts proches comprennent les membres de la famille vivant sous le même toit et les personnes qui ont été exposées directement, de manière régulière ou prolongée aux secrétions rhinopharyngées du patient (p.ex. enfants d’une même classe, personnel de santé).

– Culture pharyngée ; température et examens de gorge quotidiens (7 jours); éviction scolaire ou du lieu de travail jusqu'à 48 heures après le début de l’antibiothérapie.
– Antibiothérapie :
benzathine benzylpénicilline IM
Enfant de moins de 30 kg (ou de moins de 10 ans) : 600 000 UI dose unique
Enfant de 30 kg et plus (ou de 10 ans et plus) et adulte : 1,2 MUI dose unique
Ne JAMAIS administrer la benzathine benzylpénicilline par voie IV.

En cas d’allergie à la pénicilline, azithromycine ou érythromycine PO comme ci-dessus pendant 7 jours.

– Vérifier les vaccinations :
• Moins de 3 injections : mise à jour avec vaccin DTC ou DT ou Td selon l'âge ;
• 3 injections : dose de rappel si la dernière injection date de plus d'un an.
– Personnel soignant en contact direct avec le patient : une dose de Td (rappel).

Prévention

– Une fois le patient guéri, mettre à jour ses vaccinations.
– Vaccination de routine (PEV), à titre indicatif : DTC (diphtérie/tétanos/coqueluche), 3 doses à un mois d’intervalle avant l’âge d’un an ; rappel DTC un an après ; rappel DT (diphtérie 30 UI/tétanos) à 6 ans ; puis 3 rappels Td (diphtérie 3 UI/tétanos) à 10 ans d'intervalle.
– Vaccination de masse (épidémie) : mise à jour de la vaccination avec DTC pour les enfants < 3 ans ; DT pour les enfants 3 à 6 ans ; Td pour les enfants ≥ 7 ans et adultes.



Footnotes
Ref Notes
1 Pour les doses exactes selon l’âge ou le poids du patient, se référer à la fiche érythromycine du guide Médicaments essentiels, MSF.
2

érythromycine perfusion IV (60 minutes)
Enfant : 12,5 mg/kg toutes les 6 heures (max. 2 g par jour) ; adulte : 500 mg toutes les 6 heures
La poudre d’érythromycine (1 g) est à reconstituer dans 20 ml d’eau pour préparation injectable uniquement. Ensuite, chaque dose d’érythromycine est à diluer dans un volume de 10 ml/kg de chlorure de sodium 0,9% chez les enfants de moins de 20 kg et dans une poche de 250 ml de chlorure de sodium 0,9% chez les enfants de plus de 20 kg et chez les adultes. Ne pas diluer dans du glucose.


Références

  1. Organisation mondiale de la Santé. Mémento de soins hospitaliers pédiatriques : prise en charge des affections courantes de l’enfance, 2015.
    http://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/187940/9789242548372_fre.pdf [consulté le 2 septembre 2018]