Fièvre récurrente à poux (FRP)


La FRP est due à Borrelia recurrentis. La maladie évolue sur un mode épidémique lorsque les conditions favorables à la propagation de poux de corps sont réunies : saison froide, promiscuité et mauvaises conditions d’hygiène (p. ex. camps de réfugiés, prisons). Les foyers endémiques se situent principalement au Soudan, dans la Corne de l’Afrique et en particulier en Ethiopie. La FRP peut être associée au typhus épidémique (voir Rickettsioses éruptives). En l’absence de traitement, la mortalité varie de 15 à 40%.

Signes cliniques

– La principale caractéristique des FR est la succession d’épisodes fébriles séparés par des phases apyrétiques d’environ 7 jours (4 à 14 jours).

– Le premier accès dure environ 6 jours :
• Fièvre élevée (> 39 °C) d’apparition brutale, céphalées et fatigue intenses, algies diffuses (myalgies, lombalgies, arthralgies), souvent associés à des troubles digestifs (anorexie, douleurs abdominales, vomissements, diarrhée).
• Une splénomégalie est fréquente ; des signes hémorragiques (p. ex. pétéchies, injection conjonctivale, épistaxis, gingivorrhagie), un ictère et des troubles neurologiques peuvent être présents.
• L’épisode fébrile s’achève par une « crise » avec élévation de la température, du pouls et de la pression artérielle, suivie d’une défervescence thermique et d’une hypotension pouvant durer plusieurs heures.

– Après le premier accès, des récurrences fébriles se produisent, de moins en moins sévères et une immunité de courte durée s’installe.

– Complications :
• collapsus au cours de la défervescence, myocardite, hémorragie cérébrale ;
• au cours de la grossesse : avortement, accouchement prématuré, mort foetale in utero, décès néonatal.

En pratique, dans un contexte épidémiologique compatible (voir ci-dessus), un cas suspect de FRP est, selon la définition de l’OMS, un patient présentant une fièvre élevée associée à deux des signes suivants : arthralgies sévères, frissons, ictère ou signe d’hémorragie (épistaxis ou autre) ou un patient présentant une fièvre élevée répondant mal au traitement antipaludique. Les vêtements doivent être examinés à la recherche de poux de corps et lentes.

Laboratoire

Le diagnostic est confirmé par la mise en évidence de Borrelia dans le sang par frottis et goutte épaisse (coloration par le Giemsa). Le prélèvement doit impérativement être réalisé lors des périodes fébriles. Les spirochètes ne sont pas visibles dans le sang périphérique pendant les phases afébriles. De plus, le nombre de spirochètes circulant tend à décroître à chaque nouvel épisode fébrile.

Traitement

– Antibiothérapie (cas suspects ou confirmés et contacts proches) :
doxycycline PO1
Enfant de moins de 8 ans : 4 mg/kg (max 100 mg) dose unique
Enfant de plus de 8 ans : 100 mg dose unique
Adulte : 200 mg dose unique
ou
érythromycine PO
Enfant ≤ 5 ans : 250 mg dose unique
Enfant > 5 ans et adulte : 500 mg dose unique

– Traitement des douleurs et de la fièvre (paracétamol PO) et prévention ou traitement de la déshydratation en cas de diarrhée associée.

– L’élimination des poux de corps est essentielle au contrôle de l’épidémie (voir Poux, Chapitre 4).



Footnotes
Ref Notes
1

La doxycycline est habituellement contre-indiquée chez l’enfant de moins de 8 ans et la femme enceinte. Toutefois, en l'absence d'érythromycine, elle peut être utilisée dans le traitement de la fièvre récurrente à poux, l'administration d'une dose unique ne devant pas induire d'effets indésirables.