Fièvre

Select language:
Sommaire

    La fièvre se définit par une température axillaire supérieure ou égale à 37,5 °C. 

    La fièvre est souvent due à un état infectieux. Chez un patient fébrile, rechercher d’abord des signes de gravité puis tenter d'établir un diagnostic.

    Signes de gravité

    • Tachycardie sévère, tachypnée, détresse respiratoire, SpO2 ≤ 90%.
    • Choc, altération de la conscience, pétéchies/purpura, signes méningés, convulsions, souffle cardiaque, douleur abdominale sévère, déshydratation, altération sévère de l’état général a Citation a. Signes d’une altération sévère de l’état général chez l’enfant : pleurs faibles ou geignements, enfant somnolent, difficile à réveiller, ne souriant pas, regard vide ou anxieux, pâleur ou cyanose, hypotonie générale.  bombement de la fontanelle chez les jeunes enfants.

    Causes infectieuses de la fièvre selon la localisation des symptômes

    Signes/symptômes d’appel

    Etiologie possible

    Signes méningés, convulsions

    Méningite/méningoencéphalite/paludisme sévère

    Douleur ou défense abdominale

    Appendicite/péritonite/fièvre typhoïde

    Diarrhée, vomissements

    Gastroentérite/fièvre typhoïde

    Ictère, hépatomégalie

    Hépatite virale

    Toux

    Pneumonie/rougeole/tuberculose si persistante

    Otalgie, tympan rouge

    Otite moyenne

    Maux de gorge, ganglions lymphatiques

    Angine streptococcique, diphtérie

    Dysurie, polyurie, douleur lombaire

    Infection urinaire

    Placard rouge, chaud, douloureux

    Erysipèle, cellulite, abcès

    Boiterie, difficulté à marcher

    Ostéomyélite/arthrite infectieuse

    Éruption cutanée

    Rougeole/dengue/fièvre hémorragique/chikungunya

    Saignements (pétéchies, épistaxis, etc.)

    Dengue/fièvre hémorragique

    Douleurs articulaires

    Rhumatisme articulaire aigu/chikungunya/dengue

     

    • En zone endémique, rechercher systématiquement un paludisme.
    • En cas d’altération de l’état général a Citation a. Signes d’une altération sévère de l’état général chez l’enfant : pleurs faibles ou geignements, enfant somnolent, difficile à réveiller, ne souriant pas, regard vide ou anxieux, pâleur ou cyanose, hypotonie générale.  avec fièvre persistante, penser à une infection par le HIV et à une tuberculose, selon la clinique.

    Laboratoire et examens complémentaires

    • Enfant de moins de 2 mois avec température supérieure ou égale à 37,5 °C, sans foyer apparent :
      • Bandelette urinaire ;
      • Ponction lombaire (PL) si l’enfant a moins d’un mois ou dans les cas suivants : signes méningés, coma, convulsions, altération sévère de l’état général a Citation a. Signes d’une altération sévère de l’état général chez l’enfant : pleurs faibles ou geignements, enfant somnolent, difficile à réveiller, ne souriant pas, regard vide ou anxieux, pâleur ou cyanose, hypotonie générale. , échec d’une antibiothérapie préalable, suspicion d’infection à staphylocoques ;
      • Radio du thorax (si disponible) en cas de signes respiratoires.
    • Enfant 2 mois à 3 ans avec température supérieure ou égale à 38 °C, sans foyer apparent :
      • Bandelette urinaire ;
      • Numération leucocytaire si disponible ;
      • PL si signes méningés.
    • Enfant de 3 ans et plus et adulte avec température supérieure ou égale à 39 °C :

    Selon la clinique.

    Traitement étiologique

    • Antibiothérapie en fonction de la cause identifiée.
    • Pour les patients drépanocytaires, voir Drépanocytose, Chapitre 12.
    • Si la cause n’est pas identifiée, hospitaliser et administrer une antibiothérapie aux :
      • Enfant de moins de 1 mois ;
      • Enfant de 1 mois à 3 ans avec leucocytes ≥ 15000 ou ≤ 5000/mm3 ;
      • Patients avec altération sévère de l’état général a Citation a. Signes d’une altération sévère de l’état général chez l’enfant : pleurs faibles ou geignements, enfant somnolent, difficile à réveiller, ne souriant pas, regard vide ou anxieux, pâleur ou cyanose, hypotonie générale. ou signes de gravité.

    Pour l’antibiothérapie selon l’âge, voir Pneumonie aiguë, Chapitre 2.

    Traitement symptomatique

    • Découvrir le patient. Ne pas faire d’enveloppement humide (peu efficace, augmente le mal être de l’enfant, risque d’hypothermie).
    • Les antipyrétiques peuvent améliorer le confort mais ne préviennent pas les convulsions fébriles. La durée du traitement ne doit pas excéder 3 jours.

    paracétamol PO
    Enfant de moins de 1 mois : 10 mg/kg 3 à 4 fois par jour (max. 40 mg/kg par jour)
    Enfant de 1 mois et plus : 15 mg/kg 3 à 4 fois par jour (max. 60 mg/kg par jour)
    Adulte : 1 g 3 à 4 fois par jour (max. 4 g par jour)
    ou
    ibuprofène PO
    Enfant de plus de 3 mois et < 12 ans : 5 à 10 mg/kg 3 à 4 fois par jour (max. 30 mg/kg par jour)
    Enfant de 12 ans et plus et adulte : 200 à 400 mg 3 à 4 fois par jour (max. 1200 mg par jour)
    ou
    acide acétylsalicylique (ASA) PO
    Enfant de plus de 16 ans et adulte : 500 mg à 1 g 3 à 4 fois par jour (max. 4 g par jour)

    Prévention des complications

    • Faire boire le patient. Poursuivre un allaitement fréquent chez le nourrisson.
    • Surveiller l’apparition de signes de déshydratation.
    • Vérifier que le patient urine.

     

    Remarques :

    • Chez la femme enceinte ou allaitante, utiliser le paracétamol uniquement.
    • En cas de fièvre hémorragique ou de dengue : l'acide acétylsalicylique et l'ibuprofène sont contre-indiqués ; le paracétamol est à utiliser avec prudence en présence de troubles hépatiques.

     

    Notes
    • (a) Signes d’une altération sévère de l’état général chez l’enfant : pleurs faibles ou geignements, enfant somnolent, difficile à réveiller, ne souriant pas, regard vide ou anxieux, pâleur ou cyanose, hypotonie générale.