Staphylococcie pleuro-pulmonaire


Pneumonie à staphylocoque doré du jeune enfant, souvent en mauvais état général (malnutrition, infection cutanée, etc.). La staphylococcie pleuro-pulmonaire est une complication classique de la rougeole.

Signes cliniques

– Signes généraux marqués : altération de l’état général, pâleur, fièvre importante ou hypothermie, souvent signes de choc ; présence de lésions cutanées (porte d’entrée) mais parfois les lésions cutanées sont absentes.
– Signes digestifs : nausées, vomissements, diarrhée, ballonnement abdominal douloureux.
– Signes respiratoires : toux sèche, tachypnée, signes de lutte (battements ailes du nez, tirage). L’examen pulmonaire est souvent normal. Parfois, matité en faveur d’un épanchement pleural.

Si possible, faire une radiographie pulmonaire : la présence de bulles confirme le diagnostic. On peut également voir des niveaux liquides ou un épanchement pleural souvent unilatéral.

Traitement

Urgent car aggravation rapide : hospitaliser.

– Antibiothérapie : s’il est impossible de confirmer l’étiologie staphylococcique, ou en l’attente de confirmation, une antibiothérapie à large spectre est recommandée :
ceftriaxone IM ou IV1 lente (au moins 3 minutes) : 50 mg/kg une fois par jour
cloxacilline perfusion IV (60 minutes)2
Nouveau-né 0 à 7 jours (< 2 kg) : 50 mg/kg toutes 12 heures
Nouveau-né  0 à 7 jours (≥ 2 kg) : 50 mg/kg toutes 8 heures
Nouveau-né 8 jours à < 1 mois (< 2 kg) : 50 mg/kg toutes 8 heures
Nouveau-né 8 jours à < 1 mois (≥ 2 kg) : 50 mg/kg toutes 6 heures
Enfant de 1 mois et plus : 25 à 50 mg/kg toutes 6 heures (max. 8 g par jour)

Après amélioration clinique3 , 3 jours d’apyréxie et retrait du drain thoracique s’il était en place, prendre le relais avec amoxicilline/acide clavulanique PO pour compléter 10 à 14 jours de traitement. Utiliser les formulations 8:1 ou 7:1 uniquement. La dose est exprimée en amoxicilline : 50 mg/kg 2 fois par jour

En cas d’empyème important : même traitement mais relais par voie orale après 7 jours d’apyrexie et 3 semaines de traitement au total.

La clindamycine IV peut être une alternative à la cloxacilline : 10 mg/kg toutes les 8 heures et relais avec clindamycine PO aux mêmes doses selon les critères ci-dessus.

– Fièvre : paracétamol (Chapitre 1).

– Hydratation per os, ou par perfusion ou par sonde nasogastrique selon l’état clinique.

– Oxygène au débit nécessaire pour obtenir une SpO2 ≥ 90% ou débit minimum 1 litre/minute.

– Hygiène locale des lésions cutanées.

– Si épanchement pleural important : ponction pleurale avec drainage (en cas de pyopneumothorax : mettre deux drains, l’un antérieur, l’autre postérieur) ou sans drainage (pleurésie purulente, faire des ponctions itératives avec un cathéter IV).

Evolution

– Risque de décompensation par pneumothorax ou pleurésie purulente ou pyo-pneumothorax.

– Prévoir la possibilité de poser à tout moment un drain pleural en urgence.



Footnotes
Ref Notes
1 Le solvant de la ceftriaxone pour injection IM contient de la lidocaïne. Reconstituée avec ce solvant, la ceftriaxone ne doit jamais être administrée en IV. Pour l’administration IV, utiliser uniquement de l’eau pour préparation injectable.
2 La poudre de cloxacilline est à reconstituer dans 4 ml de d’eau pour préparation injectable. Ensuite, chaque dose de cloxacilline est à diluer dans un volume de 5 ml/kg de chlorure de sodium 0,9% ou de glucose 5% chez les enfants de moins de 20 kg et dans une poche de 100 ml de chlorure de sodium 0,9% ou de glucose 5% chez les enfants de plus de 20 kg et chez les adultes.
3 Les critères d’amélioration sont : diminution de la fièvre, diminution des difficultés respiratoires, amélioration de la SpO2, reprise de l’appétit et/ou de l’activité.