Troubles bipolaires

Select language:
Sommaire

     

     

    Dernière mise à jour : Juillet 2022

     

    Les troubles bipolaires se caractérisent par l’alternance d’épisodes maniaques et d’épisodes dépressifs a Citation a. Les formes « unipolaires » se caractérisent par la récurrence d’épisodes dépressifs. , espacés en général d’intervalles libres de plusieurs mois ou années.

     

    L’épisode maniaque se manifeste par une exaltation, une humeur euphorique, une hyperactivité accompagnée d’insomnie, d’idées de grandeur, une levée des inhibitions sociales (en particulier sexuelles).
    L’épisode dépressif est souvent sévère, avec un risque suicidaire important.
    Très souvent, les patients bipolaires ont des antécédents familiaux qu’il faut rechercher (notamment suicide).

     

    Au plan pharmacologique : 

    • Le traitement de l’épisode maniaque repose sur l’halopéridol PO : 5 mg une fois par jour pendant 3 jours puis 7,5 mg pendant une semaine ; augmenter si nécessaire par paliers de 2,5 mg par semaine (max. 15 mg par jour).

    Les alternatives peuvent être :

    rispéridone PO : 2 mg une fois par jour ; augmenter si nécessaire par paliers de 1 mg par semaine (max. 6 mg par jour).
    ou
    olanzapine PO : 10 mg une fois par jour pendant 3 jours ; augmenter si nécessaire par paliers de 5 mg par semaine (max. 20 mg par jour).
    En cas d’amélioration après une semaine de traitement, poursuivre avec la même dose pendant au moins 8 semaines après la disparition des symptômes.

    • Du diazépam PO (5 à 10 mg par jour) peut être ajouté pendant les 2 à 3 premières semaines.
    • Si les symptômes ne régressent pas après 2 semaines de traitement antipsychotique à la dose maximale tolérée (et 2 antipsychotiques différents ont été essayés), ajouter un régulateur de l’humeur :

    acide valproïque PO : 200 mg 2 fois par jour (Semaine 1) puis 400 mg 2 fois par jour (Semaine 2) puis 500 mg 2 fois par jour (Semaine 3). Cette dose suffit en général à stabiliser le patient ; augmenter si nécessaire de 500 mg par semaine (max. 1000 mg 2 fois par jour).
    ou
    carbamazépine PO : 100 mg 2 fois par jour (Semaine 1) puis 200 mg 2 fois par jour (Semaine 2) puis 200 mg 3 fois par jour (Semaine 3). Cette dose suffit en général à stabiliser le patient ; augmenter si nécessaire de 200 mg par semaine (max. 1200 mg par jour).

    • Le traitement doit être poursuivi pendant au moins 8 semaines après disparition complète des symptômes. Evaluer avec le patient les bénéfices et risques de poursuivre un traitement à long terme (traitement de fond).
    • S’il est décidé de ne pas poursuivre le traitement antipsychotique, l’arrêt doit être progressif en surveillant les signes de rechute.
    • Le traitement de l’épisode dépressif est celui d’une dépression (voir Dépression).
    • En cas d'épisode maniaque sous antidépresseurs, arrêter immédiatement les antidépresseurs et traiter l'épisode maniaque comme ci-dessus. Un épisode maniaque sous antidépresseurs est révélateur de troubles bipolaires.

     

    Le traitement de fond des troubles bipolaires repose sur la poursuite du traitement qui a permis de résoudre les symptômes de l’épisode maniaque : antipsychotique, régulateur de l’humeur, ou la combinaison des deux. Le traitement peut être initié par un médecin formé en santé mentale mais une consultation avec un spécialiste devrait être organisée dès que possible.

     

    L'acide valproïque n'est pas recommandé chez les femmes en âge de procréer. S’il est nécessaire d’instaurer un traitement, utiliser la carbamazépine. 
    Si une femme en âge de procréer est déjà sous acide valproïque, changer pour carbamazépine, en diminuant progressivement sur environ 2 semaines la dose d’acide valproïque (pas d’arrêt brusque) tout en introduisant progressivement la carbamazépine.
    En cas de découverte d'une grossesse ou en prévision d'une grossesse, une consultation avec un spécialiste est impérative pour réévaluer la nécessité de poursuivre le traitement et le réajuster si besoin. 

     
    Notes
    • (a)Les formes « unipolaires » se caractérisent par la récurrence d’épisodes dépressifs.