Annexe 14. Information du patient

14.1 En début de traitement

Organiser deux entretiens (prévoir environ 20 minutes pour chacun), l’un pour fournir au patient les informations essentielles au suivi du traitement, le second pour vérifier qu’elles sont assimilées. Ces entretiens doivent coïncider avec les deux premières consultations cliniques. Le premier entretien doit avoir lieu avant le début du traitement. Selon l’organisation du service, les entretiens sont réalisés soit par le clinicien prescripteur seul, lors de la consultation clinique, soit avec l’aide d’un personnel spécialement formé à cette tâche lors d’un entretien spécifique. Le patient peut être accompagné s’il le souhaite.

Patients traités en ambulatoire

Premier entretien

– Expliquer :

  • La maladie et sa transmission :
    Par exemple : il s’agit d’une infection grave mais a priori curable, qui atteint les poumons et peut se transmettre tant qu’elle n’est pas traitée (information à adapter selon le foyer de l’infection, le profil de résistance).
  • Le déroulement du traitement :
    Durée, phases d’attaque/d’entretien, suivi clinique et bactériologique, calendrier des consultations (information à adapter selon le régime de traitement) ; pour les patients concernés, importance et fonctionnement du DOT.
  • Les médicaments :
    • Gestion :
      Où, quand, auprès de qui se procurer les médicaments ;
      Nombre de comprimés/jour, une prise par jour, etc. ;
      Conserver les comprimés sous blister jusqu’à la prise, pas de déconditionnement à l’avance.
    • Principaux effets indésirables et conduite à tenir :
      Par exemple : pour la rifampicine, indiquer qu’elle colore l’urine, les selles, les larmes en rouge-orangé, que ce phénomène est normal et ne doit pas inquiéter. Pour l’éthambutol, conseiller de consulter immédiatement le médecin si le patient constate que sa vision diminue ou qu’il ne distingue plus correctement les couleurs, etc.
    • Précautions particulières (selon le traitement concomitant) :
      Par exemple : prendre les antituberculeux le matin et le fluconazole le soir.
  • Les mesures incitatives ou compensatrices dont le patient peut bénéficier et comment y accéder.

– Insister sur l’importance de l’adhérence, anticiper les difficultés, réfléchir aux solutions possibles.

– Répondre aux questions.

– Donner la date du deuxième entretien (une semaine après).

Deuxième entretien (à une semaine d’intervalle)

– Vérifier l'assimilation des informations, poser des questions ouvertes, laisser au patient le temps de répondre. Compléter si nécessaire.

– Répondre aux questions.

– Rappeler la date de la prochaine consultation.

Patients hospitalisés

Premier entretien

Comme ci-dessus et également :

– Mesures de contrôle à l’hôpital :
Isolement du patient et motif ; importance de se couvrir la bouche si toux ou éternuements, utilisation des crachoirs, visites à l’extérieur du bâtiment, port des masques chirurgicaux/de protection respiratoire (qui, quand, pourquoi), aération de la chambre, etc.

– Horaires des injections et des distributions de médicaments.

Deuxième entretien (lorsque le patient est proche de la sortie)

– Expliquer :
• Où se procurer les médicaments, calendrier des visites ;
• Le DOT et autres mesures de soutien au traitement.

– Vérifier que les informations nécessaires à la poursuite du traitement en ambulatoire sont assimilées (déroulement du traitement, prise des médicaments, effets indésirables et conduite à tenir, etc.).

– Insister sur l’importance de l’adhérence, anticiper les difficultés, réfléchir aux solutions possibles.

– Répondre aux questions.

14.2 En cours de traitement

Les entretiens doivent avoir lieu au moins une fois par mois (plus fréquemment si besoin) pendant toute la durée du traitement. Ils ont pour but d’identifier/résoudre d’éventuelles difficultés responsables de problème d’adhérence. L’évaluation est effectuée soit par le clinicien lors de la consultation clinique mensuelle, soit par l’infirmière chargée de la distribution individuelle des médicaments.
L’évaluation de l’adhérence doit être rapide (environ 5 minutes) ; en revanche, le temps nécessaire doit être consacré à la résolution d’éventuels problèmes.

L’entretien correspondant à la fin de la phase d’attaque est plus spécifiquement consacré à l’information du patient, en raison de la modification du régime thérapeutique lié au changement de phase.