Annexe 19. Lampes de plafond à rayons ultraviolets


L’utilisation de lampes à ultraviolets (UV) dans la partie supérieure des pièces peut être efficace pour tuer ou inactiver les bacilles tuberculeux émis par les personnes infectées.

19.1 Mécanisme d’action

Des lampes à UV sont installées sur des armatures suspendues au plafond ou accrochées au mur. Les armatures sont protégées par des volets ou des écrans afin d’empêcher un rayonnement vers le bas. Les lampes à UV créent dans la partie supérieure de la pièce une « zone germicide » où les bacilles sont tués (Figure 1). Les patients qui se trouvent dans la partie inférieure de la pièce ne sont pas exposés aux UV. Un bon brassage de l’air est nécessaire pour transporter l’air (contenant des bacilles) vers le haut de la pièce. La désinfection s’opère grâce à la dilution rapide de l’air contaminé du bas de la pièce dans l’air irradié et purifié du haut de la pièce.

Figure 1

Source : Implementing the WHO Policy on TB Infection Control in Health-Care Facilities, Congregate Settings and Households

Afin de désinfecter le plus grand volume possible d’air brassé à basse vitesse entre le haut et le bas de la pièce, les lampes doivent irradier toute la surface de la partie supérieure de la pièce (Figure 2).

Irradiation UV des parties supérieures des pièces

Figure 2

Source : Guidelines for the Utilization of Ultraviolet Germicidal Irradiation technology in controlling transmission of tuberculosis in health care facilities in South Africa9

Plusieurs facteurs conditionnent l’efficacité des lampes :

– Débit de ventilation : jusqu’à 6 changements d’air par heure (CAH), les lampes augmentent l’effet de désinfection de l’air à > 12 CAH10. Toutefois, quand le débit de ventilation dépasse 6 CAH, les lampes peuvent être moins efficaces car le temps d’irradiation des bactéries est plus court11,12.

– Brassage de l’air : il peut être assuré par les courants de convection naturelle ou par des ventilateurs, de préférence fixés au plafond. Les ventilateurs de plafond à basse vitesse augmentent de 33% l’efficacité des lampes à moins de 6 CAH13,14,15.

– Humidité relative : des études16,17,18 ont fait état d’une baisse rapide d’efficacité des lampes pour purifier l’air quand l’humidité relative excède 70%.

– Installation : la hauteur de la pièce doit être au minimum de 2,5 m et les lampes à UV doivent être installées à une hauteur minimum de 2,1 m. En général, une lampe de 30W suffit pour une surface de 18 m2 19,20 mais la configuration de la pièce et le type de support doivent être pris en compte dans le calcul des besoins. Par exemple, des lampes fixées au mur créent une zone germicide plus restreinte que celles fixées au plafond. Les lampes doivent être allumées dès qu’il existe un risque de transmission de TB. Dans les chambres des patients hospitalisés, les lampes doivent fonctionner 24 heures sur 24.

– Entretien : voir ci-dessous.

19.2 Entretien

Les lampes couvertes de poussière et/ou endommagées sont moins efficaces. Un entretien rigoureux et un nettoyage régulier sont nécessaires :

– Les lampes et les surfaces des armatures seront nettoyées au moins une fois par mois (plus souvent si nécessaire) à l’aide d’un chiffon imprégné d’alcool à 70%. Ne pas utiliser d’eau et de savon ni aucun détergent. Le nettoyage doit être effectué lorsque les lampes et les armatures sont éteintes (froides).

– Une mesure du rayonnement UV doit être effectuée au moment de l’installation puis au moins une fois par an. Il faut disposer d’un radiomètre UV étalonné pour détecter la lumière UV sur une longueur d’onde de 254 nm. Les mesures doivent être prises au niveau des yeux (~ 1,60 m) dans la partie occupée de la pièce et, pour la partie supérieure irradiée, à 1,20 m de distance des appareils dans toutes les directions possibles (en tournant en cercle et en prenant les mesures tous les 1 m). Idéalement, toutes les valeurs trouvées dans la partie supérieure doivent se situer entre 30 et 50 μW/cm2. Les personnes qui effectuent ces mesures doivent porter un équipement de protection (lunettes de protection anti-UV, vêtements en tissage serré, gants de coton gratté) et recouvrir les zones exposées de leur peau d’une crème solaire (indice de protection > 15).

– Les lampes à UV durent entre 5 000 et 10 000 heures (7 à 14 mois) d’utilisation continue. Se reporter à la notice du fabricant. Au-delà de cette période, les lampes perdent rapidement leur efficacité et doivent être remplacées.

19.3 Elimination

Les lampes contiennent du mercure et du quartz et sont classées comme des « déchets dangereux ». Leur élimination est extrêmement difficile dans de nombreux pays ; il faut prendre en compte cette question avant de les installer. S’il n’est pas possible de les faire détruire selon les règles par une entreprise spécialisée, ni de les rapatrier, les lampes sont encapsulées, c.-à-d. scellées dans un fût métallique de 200 litres rempli de béton et enterré loin de sources d’eau).

Sécurité

Il faut éviter les surfaces réfléchissantes dans la zone d’irradiation des lampes UV (ex. pas de peinture laquée au plafond).

A certaines longueurs d’onde (comprenant les UV-C), l’exposition aux UV peut être dangereuse. L’exposition de la peau peut provoquer un érythème et celle des yeux, une conjonctivite (sensation de sable dans les yeux, larmoiement) et/ou une kératite (douleur intense, sensibilité à la lumière). Ces symptômes apparaissent en général 6 à 12 heures après l’exposition.

Bien que ces affections soient réversibles, elles doivent être signalées immédiatement au responsable de la lutte contre les infections dans l’établissement. Tout accident doit conduire à vérifier la puissance du rayonnement UV dans la partie inférieure de la pièce (mauvais positionnement des lampes ? Surface réfléchissante ?).

Les limites d’exposition admissibles (National Institute for Occupational Safety and Health - NIOSH) sont inférieures à celles qui provoquent des irritations oculaires, l’oeil étant la partie du corps la plus sensible aux UV. Le tableau suivant indique les temps d’exposition admissibles pour des irradiations efficaces à une longueur d’onde de 254 nm.

Temps d'exposition admissible* Irradiation efficace
(μW/cm2)
(unités données) (secondes)

8 h

28 800

0,2

4 h

14 400

0,4

2 h

7 200

0,8

1 h

3 600

1,7

30 min

1 800

3,3

15 min

900

6,7

10 min

600

10

5 min

300

20

1 min

60

100

30 s

30

200

10 s

10

600

1 s

1

6 000

0,5 s

0,5

12 000

0,1 s

0,1

60 000

* La limite d’exposition professionnelle pour les UV-C à 254 nm est de 6 000 μJ/cm2. On peut aussi la calculer à l’aide de la formule suivante : Dose (en μJ/cmÇ) = Temps (en secondes) * Irradiation (en μW/cm).

Au-delà de ces limites, le port d’un équipement pour protéger la peau et les yeux est indispensable.

Afin d’éviter les surexpositions, la formation du personnel doit comprendre un module de base sur les lampes et leurs effets délétères potentiels en cas de surexposition.