ULIPRISTAL oral


Action thérapeutique

– Contraceptif hormonal, agoniste-antagoniste des récepteurs de la progestérone

Indications

– Contraception d'urgence après un rapport sexuel non ou mal protégé (p. ex. oubli de la pilule ou déchirure d’un préservatif)

Présentation

– Comprimé à 30 mg

Posologie et durée

– Un comprimé à 30 mg, quel que soit le moment du cycle, le plus rapidement possible après le rapport sexuel non ou mal protégé et de préférence dans les premières 120 heures (5 jours)

Contre-indications, effets indésirables, précautions

– Peut provoquer : céphalées, nausées, vomissements, douleurs abdominales, dysménorrhée, perturbations des règles suivantes.
– En cas de vomissements dans les 3 heures qui suivent la prise, prendre un autre comprimé immédiatement.
– Utiliser avec prudence chez les patientes prenant des médicaments qui pourraient diminuer l'efficacité de l'ulipristal :

• oméprazole et antiacides à base d'hydroxyde d’aluminium ou de magnésium ;
• inducteurs enzymatiques : rifampicine, rifabutine, éfavirenz, névirapine, lopinavir, ritonavir, phénobarbital, phénytoïne, carbamazépine, griséofulvine, etc.
– Éviter l'association avec les contraceptifs hormonaux : diminution de l'efficacité de l'ulipristal et d'une contraception hormonale si celle-ci est administrée juste après la prise d'ulipristal.

Grossesse : en cas d'échec du traitement (développement d'une grossesse) ou d'utilisation lors d'une grossesse non diagnostiquée, il n'y a pas d'effet nocif connu pour le fœtus.
Allaitement : pas de contre-indication

Remarques

– La contraception d'urgence a pour but de prévenir une grossesse ; elle ne permet pas d'interrompre une grossesse évolutive.
– En cas d'oubli d'une contraception orale, préférer le lévonorgestrel ou un dispositif intra-utérin au cuivre comme contraception d'urgence (moins d'interactions médicamenteuses).
– Commencer ou reprendre une contraception hormonale le 6e jour après l’administration d'ulipristal. Utiliser des préservatifs pendant :
• 7 jours supplémentaires après la prise d'un estroprogestatif ou l'injection de médroxyprogestérone ou l'insertion d'un implant ;
• 2 jours supplémentaires après la prise d'un progestatif oral.
– Il existe un risque d'échec du traitement ; réaliser un test de grossesse si des signes ou des symptômes de grossesse (absence des règles, etc.) apparaissent un mois après la prise d'ulipristal.
Conservation : température inférieure à 25 °C -