CHLORPROMAZINE oral

Prescription sous contrôle médical

Action thérapeutique

– Antipsychotique (neuroleptique) sédatif

Indications

– Psychose aiguë ou chronique

Présentation

– Comprimés à 25 mg et 100 mg

Posologie

– Adulte : 25 à 75 mg une fois par jour le soir. Augmenter progressivement jusqu'à 100 mg 3 fois par jour si nécessaire.
– Réduire la dose de moitié chez le patient âgé.
– Utiliser la plus petite dose efficace, surtout en cas de traitement prolongé.

Durée

– Psychose aiguë : au moins 3 mois ; psychose chronique : au moins un an. L'arrêt doit être progressif (en 4 semaines), en surveillant les signes d’apparition d’une rechute (dans ce cas, ré-augmenter la dose).

Contre-indications, effets indésirables, précautions

– Ne pas administrer en cas de troubles cardiaques (insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde récent, troubles de la conduction, bradycardie, etc.), démence (maladie d’Alzheimer p. ex.), glaucome à angle fermé, troubles urétro-prostatiques, maladie de Parkinson et antécédents de syndrome malin des neuroleptiques.
– Administrer avec prudence et sous surveillance chez les patients âgés ; en cas d’hypokaliémie, hypotension, insuffisance rénale ou hépatique, antécédents de convulsions.
– Peut provoquer :
• somnolence, dyskinésie, symptômes extrapyramidaux, prise de poids, hypotension orthostatique, hyperprolactinémie, effets anticholinergiques (sécheresse de la bouche, troubles de l’accommodation, rétention urinaire, constipation, tachycardie) ;
• hyperglycémie, photosensibilisation, troubles de la régulation thermique ; agranulocytose, syndrome malin des neuroleptiques (fièvre inexpliquée avec troubles neuromusculaires), rare mais imposant l’arrêt immédiat du traitement.
– En cas de symptômes extrapyramidaux, associer du bipéridène ou du trihexyphénidyle.
– Eviter ou surveiller l’association avec :
• médicaments dépresseurs du système nerveux central (analgésiques opioïdes, sédatifs, antihistaminiques H1, etc.) ; médicaments à effets anticholinergiques (amitriptyline, atropine, clomipramine, prométhazine, etc.), hypoglycémiants, lithium ;
• antihypertenseurs (risque d’hypotension) ; médicaments allongeant l’intervalle QT (amiodarone, chloroquine, érythromycine, fluconazole, méfloquine, pentamidine, quinine, etc.).
– Eviter l’alcool pendant le traitement.
– Grossesse : réévaluer la nécessité de poursuivre le traitement ; s’il est poursuivi, surveiller l’apparition d’effets extrapyramidaux et/ou anticholinergiques (trémulations, distension abdominale, hyperexcitabilité, etc.) chez le nouveau-né si la mère a été traitée au cours du 3e trimestre.
– Allaitement : à éviter

Remarques

 Ne pas écraser les comprimés (risque de dermatite de contact).
– Conservation : température inférieure à 25 °C -  -