RIFAMPICINE = R oral

Dernière mise à jour : Juin 2021

Prescription sous contrôle médical


Action thérapeutique

– Antibactérien, antituberculeux de première ligne (activité stérilisante et bactéricide), anti-lépreux (activité bactéricide)

Indications

– Tuberculose, en association avec d’autres antituberculeux
– Tuberculose latente, en monothérapie ou en association avec l'isoniazide 
– Lèpre paucibacillaire et multibacillaire, en association avec la dapsone et la clofazimine
– Brucellose, en association avec un autre antibactérien

Présentation

– Comprimé à 150 mg et gélule à 300 mg 

Posologie

Tuberculose, tuberculose latente, en monothérapie ou en association avec l'isoniazide 
Enfant de moins de 30 kg : 15 mg/kg une fois par jour, à jeun
Enfant de 30 kg et plus et adulte : 10 mg/kg une fois par jour, à jeun
Ne pas dépasser 600 mg par jour.

Lèpre paucibacillaire et multibacillaire
Enfant de moins de 10 ans : 10 mg/kg une fois par mois, à jeun
Enfant de 10 à 14 ans : 450 mg une fois par mois, à jeun
Enfant de 15 ans et plus et adulte : 600 mg une fois par mois, à jeun

Brucellose
Enfant : 15 à 20 mg/kg une fois par jour, à jeun (max. 600 mg par jour)
Adulte : 600 à 900 mg une fois par jour, à jeun

En cas d'insuffisance hépatique : ne pas dépasser 8 mg/kg par jour pour un traitement quotidien.

Durée

Tuberculose : selon le protocole suivi ; tuberculose latente, en monothérapie : 4 mois ; tuberculose latente en association avec l'isoniazide : 3 mois ; lèpre paucibacillaire : 6 mois ; lèpre multibacillaire : 12 mois ; brucellose : 6 semaines

Contre-indications, effets indésirables, précautions

– Ne pas administrer en cas d’ictère, hypersensibilité ou antécédent de troubles hématologiques sévères (thrombocytopénie, purpura) dus aux rifamycines.
– Eviter ou administrer avec prudence en cas de troubles hépatiques.
– Peut provoquer :
• coloration rouge-orangé des sécrétions (urines, larmes, salive, crachats, sueur, etc.), sans gravité ;
• troubles digestifs (il est possible prendre la rifampicine avec une petite quantité de nourriture pour améliorer la tolérance digestive), céphalées, somnolence, hépatotoxicité ;
• syndrome grippal ;
• thrombocytopénie, réactions d’hypersensibilité.
– Si le patient présente des signes d'hépatotoxicité (p. ex. ictère), arrêter la rifampicine jusqu'à résolution des symptômes.
– La rifampicine réduit l’effet de nombreux médicaments (antimicrobiens, certains antirétroviraux, certaines hormones, antidiabétiques, corticoïdes, phénytoïne, antiviraux à action directe pour le traitement de l'hépatite C, warfarine, etc.) :
• chez les patients sous névirapine, lopinavir/ritonavir, atazanavir/ritonavir, remplacer la rifampicine par la rifabutine ;
• chez les femmes sous contraception, utiliser la médroxyprogestérone injectable ou un dispositif intra-utérin ;
• chez les patients sous fluconazole, respecter un intervalle de 12 heures entre l’administration de la rifampicine (matin) et du fluconazole (soir) ;
• pour les autres médicaments, ajuster la posologie si nécessaire.
Grossesse : pas de contre-indication. Risque de troubles hémorragiques chez la mère et le nouveau-né si la rifampicine est utilisée en fin de grossesse : l'administration de phytoménadione (vitamine K) chez la mère et le nouveau-né permet de réduire le risque.
Allaitement : pas de contre-indication

Remarques

– Pour les patients sensibles au traitement antituberculeux de première ligne, la rifampicine est administrée avec d'autres antituberculeux sous forme d'associations à doses fixes. 
Conservation : température inférieure à 25 °C -  -