CLINDAMYCINE injectable

Prescription sous contrôle médical

Action thérapeutique

– Antibactérien de la famille des lincosamides

Indications

– Traitement de 2e intention des infections sévères à staphylocoques et/ou streptocoques (p. ex. cellulite, érysipèle, pneumonie)
– Infections nécrosantes de la peau et des tissus mous (fasciite nécrosante, gangrène gazeuse, etc.), charbon cutané sévère, en association avec d’autres antibactériens

Présentation et voie d'administration

– Ampoule à 300 mg (150 mg/ml, 2 ml), pour perfusion IV dans du chlorure de sodium à 0,9% ou du glucose à 5%, à administrer en 30 minutes. NE PAS INJECTER EN IV SANS DILUTION.

Posologie

 Infections sévères à staphylocoques et/ou streptocoques
Nouveau-né de 0 à 7 jours (< 2 kg) : 5 mg/kg toutes les 12 heures
Nouveau-né de 0 à 7 jours (≥ 2 kg) : 5 mg/kg toutes les 8 heures
Nouveau-né de 8 jours à < 1 mois (< 2 kg) : 5 mg/kg toutes les 8 heures
Nouveau-né de 8 jours à < 1 mois (≥ 2 kg) : 10 mg/kg toutes les 8 heures
Enfant de 1 mois et plus : 10 mg/kg toutes les 8 heures (max. 1800 mg par jour)
Adulte : 600 mg toutes les 8 heures

– Infections nécrosantes, charbon cutané sévère
Nouveau-né : même posologie que ci-dessus
Enfant de 1 mois et plus : 10 à 13 mg/kg toutes les 8 heures (max. 2700 mg par jour)
Adulte : 900 mg toutes les 8 heures

Chaque dose de clindamycine est à diluer dans un volume de 5 ml/kg de chlorure de sodium à 0,9% ou de glucose à 5% chez les enfants de moins de 20 kg et dans une poche de 100 ml de chlorure de sodium à 0,9% ou de glucose à 5% chez les enfants de 20 kg et plus et les adultes.

Durée

– Cellulite, érysipèle : 7 à 10 jours ; pneumonie : 10 à 14 jours ; charbon cutané sévère : 14 jours ; infections nécrosantes : selon l’évolution clinique. Prendre le relais par voie orale dès que possible.

Contre-indications, effets indésirables, précautions

– Ne pas administrer en cas d'allergie aux lincosamides ou antécédent de colite pseudomembraneuse.
– Réduire la posologie en cas d'insuffisance hépatique.
– Peut provoquer : colite pseudomembraneuse, rash, ictère, réactions allergiques sévères. dans ces cas, arrêter le traitement.
– En cas de colite pseudomembraneuse, traiter une infection à Clostridium difficile (métronidazole oral).
– Grossesse : pas de contre-indication
– Allaitement : à réserver aux patientes pour lesquelles il n’existe pas d’alternative. Surveiller les selles de l'enfant (risque de colite pseudomembraneuse).

Remarques

– Ne pas mélanger avec d'autres médicaments dans le même flacon de perfusion.
– Certaines présentations contiennent de l’alcool benzylique. Ne pas administrer chez le nouveau-né.
– Conservation : température inférieure à 25 °C -