MÉTOCLOPRAMIDE injectable

Prescription sous contrôle médical


Action thérapeutique

– Antiémétique (antagoniste de la dopamine)

Indications

– Traitement symptomatique ou prévention des nausées et vomissements chez l’adulte

Présentation et voie d'administration

– Ampoule à 10 mg (5 mg/ml, 2 ml) pour injection IM ou IV lente (3 à 5 minutes)

Posologie

– Adulte : 10 mg toutes les 8 heures si nécessaire

Durée

– Selon l’évolution clinique et aussi courte que possible

Contre-indications, effets indésirables, précautions

– Ne pas administrer aux patients < 18 ans ; en cas d'hémorragie, obstruction ou perforation digestive.
– Administrer la moitié de la dose en cas d’insuffisance rénale sévère.
– Administrer avec prudence et sous surveillance chez les patients > 60 ans ; en cas d’épilepsie, maladie de Parkinson.
– Peut provoquer : somnolence, vertiges, confusion, syndrome extrapyramidal, convulsions (surtout chez les patients épileptiques), réactions allergiques, troubles cardiaques (hypotension, bradycardie, arrêt cardiaque) ; syndrome malin des neuroleptiques (fièvre inexpliquée avec troubles neuromusculaires), exceptionnel mais imposant l’arrêt immédiat du traitement.
– Ne pas associer à la lévodopa (antagonisme).
– Eviter l’association avec les médicaments dépresseurs du système nerveux central (analgésiques opioïdes, antipsychotiques, sédatifs, antidépresseurs, antihistaminiques, etc.) et les antihypertenseurs (majoration du risque d’hypotension).
– Grossesse : pas de contre-indication
– Allaitement : pas de contre-indication

Remarques

– Dans les nausées et vomissement postopératoires, l’efficacité du métoclopramide est limitée : préférer l’ondansétron.
– Le métoclopramide est aussi utilisé comme procinétique gastroduodénal chez les patients nécessitant une nutrition entérale par sonde en soins intensifs.
– Conservation : température inférieure à 25 °C -