DINITRATE D'ISOSORBIDE injectable

Dernière mise à jour : Août 2021

Prescription sous contrôle médical


Action thérapeutique

– Vasodilatateur antiangoreux

Indications

– Traitement d’appoint dans l’insuffisance cardiaque aiguë (œdème aigu du poumon)

Présentation et voie d'administration

– Ampoule à 10 mg (1 mg/ml, 10 ml), pour injection IV lente ou perfusion IV dans du glucose à 5% ou du chlorure de sodium à 0,9%

Posologie

– Adulte : 2 mg (= 2 ml) en injection IV lente (2 minutes) puis si nécessaire 2 à 10 mg/heure en perfusion continue à la seringue électrique
Surveiller la pression artérielle pendant l'administration. L'objectif est d'abaisser la pression systolique à 120-150 mmHg et la pression diastolique à moins de 110 mmHg.

Contre-indications, effets indésirables, précautions

– Ne pas administrer en cas de cardiomyopathie obstructive, hypotension, choc, hypertension intracrânienne ou lésions neurologiques.
– Peut provoquer : 
• hypotension orthostatique (en particulier chez les patients âgés), céphalées, nausées, bouffées vasomotrices, anémie hémolytique en cas de déficit en G6PD ; 
• hypotension sévère avec risque de collapsus circulatoire en cas de surdosage.
– Éviter l'association ou utiliser la plus petite dose efficace chez les patients prenant un autre dérivé nitré, un vasodilatateur, un diurétique ou un antihypertenseur (majoration de l'effet hypotenseur) et chez les patients âgés.
– Ne pas associer avec le sildénafil ou d'autres médicaments contre les troubles de l'érection (risque d'hypotension sévère, syncope et syndrome coronarien aigu).
– Grossesse etallaitement : éviter, n'administrer qu’en cas de nécessité absolue (innocuité non établie)

Remarques

– Le dinitrate d'isosorbide injectable ne fait pas partie de la liste des médicaments essentiels de l'OMS.
– Conservation : température inférieure à 25 °C