INSULINE injectable

Prescription sous contrôle médical


Généralités sur l'utilisation de l'insuline par voie SC

Action thérapeutique

– Hormone pancréatique hypoglycémiante

Types d'insuline


Administration SC


Insuline rapide humaine
(Actrapid°)


Insuline intermédiaire* humaine
(Insulatard°)

Insuline biphasique
humaineanalogue
Délai d'action30 minutes à 1 heure1 à 2 heures30 minutes10 à 20 minutes
Effet maximum2 à 4 heures4 à 12 heures2 à 8 heures2 à 8 heures
Durée d'action7 à 8 heuresenviron 24 heuresenviron 24 heuresenviron 24 heures
Présentationsolutionsuspensionsuspensionsuspension
Aspectlimpideopalescenteopalescenteopalescente

* L'insuline intermédiaire est aussi appelée insuline semi-lente.

– Pour chaque préparation, le délai et la durée d'action sont indiqués par le fabricant. Toutefois, pour une même préparation, ces délais et durées varient d'un patient à un autre. 
– Pour un même patient, la durée d'action varie en fonction de la dose, du site d'injection, du débit sanguin, de la température et de l'activité physique.
– Le choix du profil d'action de l’insuline dépend de plusieurs paramètres : type du diabète, âge du patient, réponse du patient contrôlée par la glycémie.
– Les analogues de l'insuline ont une structure chimique différente de l'insuline humaine qui modifie leur délai et durée d'action après injection SC.

Indications

– Diabète de type 1 et de type 2
– Diabète au cours de la grossesse
– Traitement transitoire du diabète de type 2, en cas d’infections graves, de traumatisme, d’intervention chirurgicale

Posologie

– La dose et le schéma d’administration sont à définir pour chaque patient. Le rythme des injections diffère selon le type d’insuline et selon la réponse du patient. 

Durée

– Diabète de type 1 : à vie
 Autres indications : selon l’évolution clinique et les résultats de laboratoire

Contre-indications, effets indésirables, précautions

– Ne pas administrer en cas d’allergie à l’insuline (rare).
– Peut provoquer :
• hypoglycémie en cas de surdosage ou de régime alimentaire non contrôlé ;
• prise de poids ;
• réactions locales : douleur, érythème au point d’injection, lipodystrophie. Varier le site d’injection de quelques centimètres chaque fois et changer périodiquement la région d’injection (abdomen, cuisse, fesse ou bras).
– Surveiller l’association avec :
• médicaments qui augmentent l’effet hypoglycémiant de l’insuline : acide acétylsalicylique, inhibiteurs de l’enzyme de conversion, bêta-bloquants (qui masquent aussi les symptômes d’hypoglycémie) ;
• médicaments hyperglycémiants : corticoïdes, hydrochlorothiazide, salbutamol, chlorpromazine.
– L’absorption d’alcool est déconseillée (augmentation et prolongation l’effet hypoglycémiant).
– En cas d'insuffisance rénale et hépatique et pendant le premier trimestre de la grossesse, diminuer les doses d'insuline.
– En cas d'infection, stress émotionnel, accident ou intervention chirurgical et pendant les 2 derniers trimestres de la grossesse, augmenter les doses d'insuline.
– Observer des mesures strictes d’hygiène lors de l’injection.
– Grossesse et allaitement : pas de contre-indication

Remarques

– L’insuline n’est jamais administrée par voie orale car détruite par les enzymes du tube digestif.
– Après une injection SC, l'absorption de l'insuline est rapide au niveau de l'abdomen, plus lente au niveau des bras, des cuisses et des fesses.
– Pour les stylos, maintenir l'aiguille sous la peau au moins 6 secondes pour s'assurer de l'injection de la totalité de la dose.